Connectez-vous à nous

200 résidents évacués en pleine nuit pour une cigarette

Faits divers

200 résidents évacués en pleine nuit pour une cigarette

CHOMEDEY. Dans la nuit du 20 février, les quelque 200 citoyens habitant les trois étages du 3105, rue Édouard-Montpetit, ont appris à leurs dépens qu’une cigarette laissée par inadvertance dans une boîte à fleurs peut avoir des conséquences désagréables.

Commentaires

«On ne le répétera jamais assez, mais la matière se trouvant dans les pots de fleurs s’assèche rapidement et devient facilement inflammable, de prévenir Michel Saint-Jean, chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Laval. On voit souvent de tels événements l’été. Cette fois, c’était une boîte située près de la cage d’escalier.»

Arrivée à 2h32 devant cet ensemble immobilier enclavé entre les boulevards Le Carrefour, Daniel-Johnson et l’autoroute 15, soit 4 minutes après l’appel au 911, la vingtaine de pompiers requise par l’intervention a été guidée par un résident vers le lieu d’origine du feu alors que beaucoup de fumée se dégageait du rez-de-chaussée. Dix minutes plus tard, le contrôle était donné.

Évacués pour des raisons évidentes de sécurité, les 200 résidents n’ont pu retrouver la quiétude de leur foyer qu’une fois la fumée chassée du bâtiment.

Les dommages subis par le revêtement entourant la cage d’escalier sont évalués à une quinzaine de milliers de dollars.

«On ne le répétera jamais assez, mais la matière se trouvant dans les pots de fleurs s’assèche rapidement et devient facilement inflammable, de prévenir Michel Saint-Jean, chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Laval. On voit souvent de tels événements l’été. Cette fois, c’était une boîte située près de la cage d’escalier.»

Arrivée à 2h32 devant cet ensemble immobilier enclavé entre les boulevards Le Carrefour, Daniel-Johnson et l’autoroute 15, soit 4 minutes après l’appel au 911, la vingtaine de pompiers requise par l’intervention a été guidée par un résident vers le lieu d’origine du feu alors que beaucoup de fumée se dégageait du rez-de-chaussée. Dix minutes plus tard, le contrôle était donné.

Évacués pour des raisons évidentes de sécurité, les 200 résidents n’ont pu retrouver la quiétude de leur foyer qu’une fois la fumée chassée du bâtiment.

Les dommages subis par le revêtement entourant la cage d’escalier sont évalués à une quinzaine de milliers de dollars.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Faits divers

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page