Connectez-vous à nous

Stavros Athanasoulias a vécu la frénésie du Super Bowl

Football

Stavros Athanasoulias a vécu la frénésie du Super Bowl

FOOTBALL. Atteint de l’ataxie de Friedreich, Stavros Athanasoulias a réalisé un rêve en assistant au Super Bowl LII entre les Patriotes de la Nouvelle-Angleterre et les Eagles de Philadelphie, le 4 février, à Minneapolis.

Commentaires

Plus de 65 000 personnes ont assisté au triomphe de 41 à 33 des Eagles sur Tom Brady et sa bande au U.S. Bank Stadium. Le jeune Lavallois de 16 ans faisait partie du lot. Il était un partisan attentif grâce à la fondation Fais un vœu. Il a également participé aux différentes activités du 31 janvier jusqu’au match ultime.

«C’est incomparable à tout ce que j’ai déjà vécu, raconte-t-il avec encore beaucoup de fébrilité deux jours après le Super Bowl. Je n’ai pas de mots pour exprimer mes émotions que j’ai vécues. C’est une expérience inoubliable.»

Stavros se sent choyé d’avoir été le seul Canadien à avoir été choisi par la fondation Fais un vœu, tout comme 13 autres jeunes provenant des États-Unis. Depuis 1982, l’organisme a comblé plus de 200 enfants malades.

«Stavros a été chanceux puisqu’il devait aller au Super Bowl en 2019, raconte sa mère Athena Xenos. Le voyage a été devancé, car un jeune a changé son rêve.»

Une autre surprise l’attendait. Stavros devait avoir deux billets, on lui en a remis quatre. Il a donc invité ses parents Tasso et Athena ainsi que son jeune frère Yanni à faire le voyage. «Ce fut le plus beau voyage en famille, lance le couple. Ça nous fait oublier la maladie. Ça nous change les idées.»

Plusieurs activités étaient au menu: visite guidée du stade, expérience de réalité virtuelle, rencontre d’anciens joueurs, prise de photos avec le fameux trophée Vince Lombardi, visite du Mall of America et, finalement, le moment tant attendu, la présence au match.

Rencontres

La famille Athanasoulias s’est dite emballée d’avoir participé à la NFL Experience au Centre des congrès de Minneapolis. «Nous avons vu le trophée Vince Lombardi, de nombreux joueurs avec des bagues du Super Bowl. Ce fut magique», expliquent les parents. «C’est vraiment quelque chose d’incroyable pour lui de vivre une expérience inoubliable comme celle-là», ajoute sa mère.

Amateur de football et fier partisan des Vikings du Minnesota, Stavros a fait de belles rencontres durant son séjour dans la ville de son équipe favorite. Le receveur étoile Stefon Diggs et le receveur éloigné Adam Thielen lui ont remis un casque autographié des Vikings. Une meneuse de claque a même imprégné ses lèvres sur le casque, souvenir qui fait rougir l’adolescent.

«J’avais vécu aussi de beaux moments quand les Vikings avaient gagné en première ronde des séries contre les Saints de la Nouvelle-Orléans, souligne l’élève de cinquième secondaire à l’école Laval Senior Academy. Au moins, ils ont été éliminés par les champions du monde, les Eagles, en finale de conférence.»

La maladie

C’est à l’âge de neuf ans que le diagnostic tombe. Stavros apprend qu’il a l’ataxie de Friedreich, une maladie neuromusculaire génétique caractérisée par la dégénérescence spinocérébelleuse. Cette maladie l’empêche de marcher depuis cinq ans.

«Je rêvais de faire du sport, lance celui qui se déplace en fauteuil roulant. J’en ai fait un peu. J’aurais aimé jouer au football à l’école secondaire avec mes amis, mais je n’ai pas pu.»

«Chaque année, Stavros perd un peu de son autonomie, déplore sa mère. Il a besoin de beaucoup de soutien. D’ailleurs, nous tenons à remercier le personnel de l’hôpital Children’s de Montréal, du centre de réadaptation Marie-Enfant, de son école et ses amis. Stavros reçoit beaucoup d’aide.»

Associé aux Panthères

Malgré son handicap, Stavros s’est vu confier le rôle de statisticien avec les Panthères de Laval Senior Academy, équipe de football de son école. «Je fais les statistiques depuis le secondaire 1. Je sens que je fais partie de la famille des Panthères.»

Stavros Athanasoulias aimerait bien devenir professeur. D’ici là, il doit compléter son cinquième secondaire avant d’aller au cégep.

Stavros a échangé quelques mots avec Luke Kuechly des Panthers de la Caroline
Stavros a échangé quelques mots avec Luke Kuechly des Panthers de la Caroline  ©Photo – Gracieuseté

Plus de 65 000 personnes ont assisté au triomphe de 41 à 33 des Eagles sur Tom Brady et sa bande au U.S. Bank Stadium. Le jeune Lavallois de 16 ans faisait partie du lot. Il était un partisan attentif grâce à la fondation Fais un vœu. Il a également participé aux différentes activités du 31 janvier jusqu’au match ultime.

La famille Athanasoulias a vécu des émotions fortes en participant aux activités du Super Bowl.La famille Athanasoulias a vécu des émotions fortes en participant aux activités du Super Bowl.  ©Photo – Gracieuseté

«C’est incomparable à tout ce que j’ai déjà vécu, raconte-t-il avec encore beaucoup de fébrilité deux jours après le Super Bowl. Je n’ai pas de mots pour exprimer mes émotions que j’ai vécues. C’est une expérience inoubliable.»

Stavros se sent choyé d’avoir été le seul Canadien à avoir été choisi par la fondation Fais un vœu, tout comme 13 autres jeunes provenant des États-Unis. Depuis 1982, l’organisme a comblé plus de 200 enfants malades.

«Stavros a été chanceux puisqu’il devait aller au Super Bowl en 2019, raconte sa mère Athena Xenos. Le voyage a été devancé, car un jeune a changé son rêve.»

Une autre surprise l’attendait. Stavros devait avoir deux billets, on lui en a remis quatre. Il a donc invité ses parents Tasso et Athena ainsi que son jeune frère Yanni à faire le voyage. «Ce fut le plus beau voyage en famille, lance le couple. Ça nous fait oublier la maladie. Ça nous change les idées.»

Plusieurs activités étaient au menu: visite guidée du stade, expérience de réalité virtuelle, rencontre d’anciens joueurs, prise de photos avec le fameux trophée Vince Lombardi, visite du Mall of America et, finalement, le moment tant attendu, la présence au match.

Rencontres

La famille Athanasoulias s’est dite emballée d’avoir participé à la NFL Experience au Centre des congrès de Minneapolis. «Nous avons vu le trophée Vince Lombardi, de nombreux joueurs avec des bagues du Super Bowl. Ce fut magique», expliquent les parents. «C’est vraiment quelque chose d’incroyable pour lui de vivre une expérience inoubliable comme celle-là», ajoute sa mère.

Amateur de football et fier partisan des Vikings du Minnesota, Stavros a fait de belles rencontres durant son séjour dans la ville de son équipe favorite. Le receveur étoile Stefon Diggs et le receveur éloigné Adam Thielen lui ont remis un casque autographié des Vikings. Une meneuse de claque a même imprégné ses lèvres sur le casque, souvenir qui fait rougir l’adolescent.

«J’avais vécu aussi de beaux moments quand les Vikings avaient gagné en première ronde des séries contre les Saints de la Nouvelle-Orléans, souligne l’élève de cinquième secondaire à l’école Laval Senior Academy. Au moins, ils ont été éliminés par les champions du monde, les Eagles, en finale de conférence.»

La maladie

C’est à l’âge de neuf ans que le diagnostic tombe. Stavros apprend qu’il a l’ataxie de Friedreich, une maladie neuromusculaire génétique caractérisée par la dégénérescence spinocérébelleuse. Cette maladie l’empêche de marcher depuis cinq ans.

«Je rêvais de faire du sport, lance celui qui se déplace en fauteuil roulant. J’en ai fait un peu. J’aurais aimé jouer au football à l’école secondaire avec mes amis, mais je n’ai pas pu.»

«Chaque année, Stavros perd un peu de son autonomie, déplore sa mère. Il a besoin de beaucoup de soutien. D’ailleurs, nous tenons à remercier le personnel de l’hôpital Children’s de Montréal, du centre de réadaptation Marie-Enfant, de son école et ses amis. Stavros reçoit beaucoup d’aide.»

Associé aux Panthères

Malgré son handicap, Stavros s’est vu confier le rôle de statisticien avec les Panthères de Laval Senior Academy, équipe de football de son école. «Je fais les statistiques depuis le secondaire 1. Je sens que je fais partie de la famille des Panthères.»

Stavros Athanasoulias aimerait bien devenir professeur. D’ici là, il doit compléter son cinquième secondaire avant d’aller au cégep.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Football

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page