Connectez-vous à nous

Pont-Viau a son Centre de pédiatrie sociale certifié

lidl opening times today

Actualités

Pont-Viau a son Centre de pédiatrie sociale certifié

SANTÉ . Une quarantaine de personnes ont inauguré le troisième point satellite du Centre de pédiatrie sociale de Laval, le 27 octobre, dans l’ancien Centre de qualification professionnelle et d’entrepreneuriat devenu une école primaire accueillant plus de 600 élèves au 200, boulevard de la Concorde Est.

Commentaires

Après les gens de Chomedey fréquentant la Place St-Martin et l’école Saint-Paul, ce sera au tour de citoyens de Pont-Viau de profiter de cette approche basée sur le développement global des enfants et adolescents présentant des problèmes de santé et socialisation en milieu défavorisé. Cette pratique a été mise de l’avant et implantée à travers le Québec par le célèbre Dr Julien.

«Nous pensons pouvoir recevoir jusqu’à 200 familles du secteur, d’affirmer Mylène Du Bois, directrice générale du Centre de pédiatrie sociale de Laval. Nous n’offrons pas un épisode de services, mais bien un suivi des enfants, adolescents, parents pour autant d’années que nécessaire.»

Sur place, les familles auront droit aux services d’une travailleuse sociale et psychoéducatrice à temps plein, d’un médecin un jour par semaine, ainsi que de l’équipe volante de différents spécialistes apte à répondre à des retards de développement, problèmes de comportement ou d’adaptation, troubles émotifs et psychosociaux, signes d’hyperactivité et défis scolaires.

«Les enfants que l’on voit, il faut qu’ils soient proches, de préciser Dre Angie Brockman, qui fait partie du projet depuis trois ans et demi. On a été étonné d’apprendre que 20 % des enfants arrivaient en maternelle sans les prérequis. Il faut travailler là-dessus en misant sur la méthode du Dr Julien basée sur l’accessibilité.»

Nécessité comblée

«Les besoins sont énormes, notamment dans le secteur près d’ici qu’on appelle Bousquet et faut y être sensibles en tant qu’élu, de déclarer Saul Polo, député de Laval-des-Rapides, qui reconnaissait que de besoins identiques existent dans Saint-François et Laval-Ouest. Faut valoriser cette approche des points satellites sous un seul chapeau, le Centre de pédiatrie sociale, qui est spécifique à Laval. Ça évite les guerres de clocher.»

L’implantation de ces services dans une école, un second partenariat avec la Commission scolaire de Laval (CSDL), demeurait le scénario idéal.

«Ces locaux sont la formule gagnante dont on nous a fait cadeau après ceux compris dans l’école Saint-Paul, l’an passé, de souligner Mylène Du Bois, en s’adressant à la présidente de la CSDL, Louise Lortie. Avant d’aller plus loin, nous allons d’abord consolider notre équipe et nos trois premiers satellites, entre autres, sur le plan financier.»

Mylène Du Bois, directrice générale du Centre de pédiatrie sociale de Laval, travaillait sur ce projet depuis deux ans.
Mylène Du Bois, directrice générale du Centre de pédiatrie sociale de Laval, travaillait sur ce projet depuis deux ans.  ©Photo – Photo TC Media

On espère rejoindre plus d
On espère rejoindre plus d’une centaine de familles dès la première année au satellite de Pont-Viau qui a débuté ses activités cette semaine.  ©Photo – Photo TC Media

Après les gens de Chomedey fréquentant la Place St-Martin et l’école Saint-Paul, ce sera au tour de citoyens de Pont-Viau de profiter de cette approche basée sur le développement global des enfants et adolescents présentant des problèmes de santé et socialisation en milieu défavorisé. Cette pratique a été mise de l’avant et implantée à travers le Québec par le célèbre Dr Julien.

«Nous pensons pouvoir recevoir jusqu’à 200 familles du secteur, d’affirmer Mylène Du Bois, directrice générale du Centre de pédiatrie sociale de Laval. Nous n’offrons pas un épisode de services, mais bien un suivi des enfants, adolescents, parents pour autant d’années que nécessaire.»

Sur place, les familles auront droit aux services d’une travailleuse sociale et psychoéducatrice à temps plein, d’un médecin un jour par semaine, ainsi que de l’équipe volante de différents spécialistes apte à répondre à des retards de développement, problèmes de comportement ou d’adaptation, troubles émotifs et psychosociaux, signes d’hyperactivité et défis scolaires.

«Les enfants que l’on voit, il faut qu’ils soient proches, de préciser Dre Angie Brockman, qui fait partie du projet depuis trois ans et demi. On a été étonné d’apprendre que 20 % des enfants arrivaient en maternelle sans les prérequis. Il faut travailler là-dessus en misant sur la méthode du Dr Julien basée sur l’accessibilité.»

Nécessité comblée

«Les besoins sont énormes, notamment dans le secteur près d’ici qu’on appelle Bousquet et faut y être sensibles en tant qu’élu, de déclarer Saul Polo, député de Laval-des-Rapides, qui reconnaissait que de besoins identiques existent dans Saint-François et Laval-Ouest. Faut valoriser cette approche des points satellites sous un seul chapeau, le Centre de pédiatrie sociale, qui est spécifique à Laval. Ça évite les guerres de clocher.»

L’implantation de ces services dans une école, un second partenariat avec la Commission scolaire de Laval (CSDL), demeurait le scénario idéal.

«Ces locaux sont la formule gagnante dont on nous a fait cadeau après ceux compris dans l’école Saint-Paul, l’an passé, de souligner Mylène Du Bois, en s’adressant à la présidente de la CSDL, Louise Lortie. Avant d’aller plus loin, nous allons d’abord consolider notre équipe et nos trois premiers satellites, entre autres, sur le plan financier.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
342
Haut de page