Connectez-vous à nous

Politique

Marc Demers présente ses demandes au ministre Girard

Dans la foulée des consultations prébudgétaires lancées le 10 janvier, le maire Marc Demers a rencontré le ministre des Finances du Québec, Éric Girard.

Par voie de communiqué, le 23 janvier, M. Demers a tenu à informer les citoyens lavallois des principales demandes présentées au titulaire du portefeuille des Finances et ministre responsable de la région de Laval au sein du cabinet Legault.

Complexe aquatique

«Nous demandons au gouvernement du Québec un soutien financier pour la réalisation du complexe aquatique de Laval, précise-t-il d’entrée de jeu au sujet de cette infrastructure dont le budget vient d’être révisé à 74 M$.

Cet équipement est «jugé prioritaire par la population» qui souffre d’un «flagrant» déficit d’infrastructures aquatiques, rappelle M. Demers. En 2007, étaye-t-il, la Ville a enregistré sur son territoire 0,6 baignade par habitant, alors que la moyenne observée dans les municipalités canadiennes oscille entre 2 et 4 baignades per capita.

Bibliothèque centrale

Malgré son retrait du programme triennal d’immobilisations (PTI), il y a deux ans, le projet de grande bibliothèque fait toujours partie des priorités pour lesquelles l’administration Demers requiert l’aide de Québec.

«La Ville de Laval souhaite que les paliers de gouvernement provincial et fédéral soient des partenaires financiers dans la réalisation d’une bibliothèque centrale d’environ 12 000 m2, qui permettrait de desservir 150 000 citoyens», peut-on lire dans le communiqué.

Au PTI 2018-2019, ce projet était évalué à 80,1 M$.

La Municipalité souligne qu’en matière de financement de la culture, Laval arrive «bonne dernière» dans la mise en rang des 17 régions administratives du Québec, et ce, en dépit des efforts accrus consentis ces dernières années, reconnaît-elle.

Logement social

Encore cette année, le financement de logements sociaux et abordables figure dans la liste des demandes lavalloises, d’autant que la ville-région connaît une des plus fortes croissances démographiques de la province.

Pour la prochaine décennie, la Ville souhaite que le gouvernement redouble d’efforts afin de répondre aux besoins en logement des ménages les plus vulnérables.

Concrètement, elle réclame qu’on «actualise le programme AccèsLogis pour permettre la réalisation d’un minimum de 275 logements sociaux et abordables» en plus de «réhabiliter le parc de logements HLM publics».

Trois grandes îles

Sans surprise, le maire Demers revient avec son projet d’acquérir les trois grandes îles de l’archipel Saint-François qui a avorté en 2018.

Pour assurer la conservation et la mise en valeur de ce patrimoine naturel de quelque 200 hectares formé par les îles Saint-Joseph, aux Vaches et Saint-Pierre, la contribution de Québec demeure incontournable. À cet égard, il demande une contribution financière équivalant aux deux tiers du coût d’acquisition de ces îles reconnues pour leur riche biodiversité et haute valeur écologique. En somme, M. Demers souhaite ni plus ni moins la reconduction de l’esprit de l’entente tripartite de 2016 en vertu de laquelle le gouvernement du Québec, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et Laval avaient convenu de financer à parts égales l’achat des îles.

On se rappellera qu’en raison d’une mésentente avec ses partenaires, la Ville avait dû faire son deuil de l’entente de principe négociée avec le propriétaire des îles aux Vaches et Saint-Pierre qui acceptait de les céder pour 21 M$. Celles-ci occupaient 82 % de la superficie totale de l’archipel convoité.

Transport collectif

Au chapitre du transport collectif, le maire a émis le «souhait de voir plus d’équité dans la politique de financement de l’Autorité régionale de transport métropolitain [ARTM] et la création d’un centre d’excellence en transport collectif que nous voudrions accueillir à Laval».

Enfin, outre la revitalisation du centre-ville, il a également été question des «investissements souhaités pour la construction d’une usine de biométhanisation», ce projet de 200 M$ qui s’implantera sur les terrains adjacents à la station d’épuration La Pinière, dans Saint-Vincent-de-Paul.​

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, sstamour@2m.media, 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page