Connectez-vous à nous

Le défi de l’adéquation formation-emploi

lidl opening times today

Actualités

Le défi de l’adéquation formation-emploi

COMITÉ CONJOINT. Laval a le mérite d’être parmi les premières régions du Québec à avoir mis sur pied un comité conjoint adéquation Formation-Emploi, dont l’un des mandats est de plancher sur des stratégies concrètes favorisant l’arrimage entre la formation offerte et les besoins des employeurs.

Commentaires

Les données colligées par Emploi Québec en matière de besoins de main-d’œuvre dans le Grand Montréal y sont évidemment mises à profit.

L’objectif est d’ajuster les programmes de formation selon les besoins observés sur le terrain, et ce, le plus rapidement possible, explique Hervé Pilon, directeur général du Collège Montmorency.

«Dans les faits, il y a trop de fluctuations dans le marché du travail pour qu’on soit parfaitement en adéquation. Il faut toujours s’ajuster. Des fois, en quelques mois, le marché change. La demande augmente ou diminue, selon l’évolution de l’économie», fait-il valoir.

C’est notamment le cas pour les programmes réguliers de formation technique au collégial.

Formation continue

Les maisons d’enseignement peuvent toutefois répondre aux besoins pointus et ponctuels de formation en milieu d’entreprise par leur service de formation continue.

Ces formations conçues sur mesure sont, entre autres, offertes par le Collège Montmorency et les établissements universitaires présents sur le territoire.

À l’Université de Montréal (UdeM), par exemple, la formation conçue sur mesure relève de la Faculté de l’éducation permanente.

Bien que les entreprises n’aient pas le réflexe de frapper à la porte des établissements d’enseignement supérieur pour combler leurs besoins de formation, la demande est en progression ces dernières années, indique Florence Bordage, directrice de la formation continue à l’UdM.

«Nos formateurs sont des spécialistes dans leur domaine. Ils travaillent quotidiennement en cabinet ou en entreprise. Ils ne sont pas exclusivement dans la recherche universitaire», souligne-t-elle, précisant qu’en matière d’adéquation, la formation dispensée est toujours «pratico-pratique».

À titre d’exemple, un programme de francisation est en cours dans une entreprise manufacturière auprès d’une vingtaine d’employés immigrants, dont le niveau de connaissance diffère d’un à l’autre. Les techniques de rédaction d’argumentaire efficace pour stimuler les ventes et la gestion de travailleurs souffrant d’un trouble du déficit d’attention et d’hyperactivité sont des formations qui trouvent également preneurs auprès d’employeurs lavallois actuellement.

Formation publique

Par ailleurs, la Chambre de commerce et d’industrie de Laval de concert avec le bureau régional d’Emploi Québec a développé cette année une programmation de 10 ateliers de formation publique connue sous le vocable de Midi-Express.

La Direction de la formation continue et des services aux entreprises du Collège Montmorency, le département de la formation continue de la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal, Qualification formation training et Formation Korpus sont les quatre partenaires qui animent ces ateliers de 90 minutes fort prisés par la communauté d’affaires.

Professions universitaires

Directrice du Campus de Laval et du Bureau de l’enseignement régional à l’Université de Montréal, Martine Lavoie siège depuis peu au comité conjoint adéquation Formation-Emploi que chapeaute le Conseil régional des partenaires du marché du travail de Laval.

Si ce comité était historiquement chargé d’identifier les besoins en formation au niveau des études professionnelles et techniques, Mme Lavoie reconnaît une réelle volonté d’Emploi Québec et de ses partenaires d’étendre ces études et analyses aux professions exigeant un diplôme universitaire.

«On a tout intérêt à offrir des formations qui répondent aux besoins de l’industrie», mentionne-t-elle, d’autant que l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et l’Université de Montréal sont présentes à Laval et siègent au comité conjoint.

Construit au coût de 51 M$ et inauguré à l’automne 2011, le campus de l’Université de Montréal, à Laval, a vu à ce jour 850 étudiants diplômer au baccalauréat.

Mme Lavoie rappelle que les programmes offerts ont été choisis pour répondre à des besoins régionaux, notamment le bac en sciences infirmières, en éducation préscolaire et enseignement primaire de même qu’en enseignement en adaptation scolaire.

Mine de rien, le campus de Laval accueille 5000 étudiants par trimestre, dont la moitié sont inscrits dans des programmes complets.

Comité conjoint

Les quatre membres siègeant au Comité conjoint adéquation Formation-Emploi sous le parapluie du Conseil régional des partenaires du marché du travail à Laval sont:

– Dominique Lapointe, directrice du Service de la formation universitaire en région, UQAM;

– Martine Lavoie, directrice, Campus de Laval et Bureau de l’enseignement régional, Université de Montréal;

Hervé Pilon, directeur général, Collège Montmorency;

Yves-Michel Volcy, directeur général adjoint, Commission scolaire de Laval.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page