Connectez-vous à nous

«L’amitié en cadeau»

lidl opening times today

Culture

«L’amitié en cadeau»

Un conte de Noël pour adultes par Micheline Duff. Chaque matin, Claire transportait de nombreux fruits dans sa boîte à lunch en se rendant à l’école, au grand bonheur de sa mère qui se réjouissait de voir sa fillette se délecter d’autant de bons éléments « santé ».

Elle ignorait qu’assis sur le trottoir de la rue Sainte-Catherine, l’itinérant Tom tendait la main aux passants dans l’espoir d’obtenir quelques sous. Déambulant devant le quêteur, la petite fille en était venue à lui offrir quotidiennement une pomme, ou des raisins, ou une banane, ou encore une clémentine et un kiwi, prélevés dans son contenant.

La fierté maternelle dura jusqu’au jour où la mère accompagna Claire sur la même rue pour ne pas rater un rendez-vous important dans le quartier. Elle n’en revenait pas d’apercevoir sa fille faire halte devant un inconnu pauvrement vêtu qui l’accueillit en l’appelant : « Ma belle Claire d’amour ».

― Mais qui êtes- vous donc, monsieur? lui demanda la mère, l’air inquiet.

― Vous le voyez bien, je suis le grand ami de votre charmante fille, madame.

RÉSUMÉ D’UNE VIE

La femme s’arrêta et se mit à jaser avec l’homme sympathique qui n’en finissait plus de raconter sa vie.

Ayant été dès l’enfance séparé de ses parents, il était passé d’une famille d’accueil à l’autre, avait fait l’école buissonnière et s’était retrouvé en fin de compte dans un centre Jeunesse.

Mis à la porte à l’âge de dix-huit ans et ne sachant ni lire ni écrire, il n’avait pas réussi à se dénicher un emploi. Il avait alors erré çà et là entre différents refuges, vivant depuis  près de vingt ans de la générosité des piétons.

Durant cette longue conversation entre le sans-abri et sa maman, à laquelle Claire

ne comprenait pas grand-chose, l’enfant fut dans l’obligation de s’esquiver pour ne pas arriver en retard en classe. Elle salua sa mère et Tom d’un geste de la main, et s’en fut en courant vers son école.

― Au revoir, maman!  À demain matin, Tom!

INVITÉ SURPRISE

Le soir même, la femme fit une grande surprise à sa fille en lui annonçant qu’elle avait invité Tom au réveillon familial de Noël, après la messe de minuit ayant dorénavant lieu à huit heures du soir, deux jours plus tard.

― Je lui ai donné notre adresse et lui ai recommandé de ne pas se présenter avant neuf heures quinze de la soirée, l’heure probable de notre retour de l’église.

Claire sauta de joie et se mit en tête de préparer un cadeau de Noël pour son ami. Mais… quoi lui offrir? Elle entreprit alors de lui concocter une douzaine de muffins aux fruits et y ajouta quelques tablettes de chocolat. Sa mère glissa un billet de vingt dollars au sac d’emballage destiné à Tom et, à son grand étonnement, même son père y inséra une bouteille de vin.

Lorsque la famille revint de l’église précisément à neuf heures quinze du soir, Tom ne se trouvait pas à la porte. Ah? Aurait-il par hasard oublié de venir? Claire faillit se mettre à crier quand elle

l’aperçut, dormant sur le divan du salon, ronflant à tue-tête après avoir dégusté un gros morceau de la quiche déposée sur le bout de la table dont tous devaient se régaler pour le réveillon. Quoi?!? l’effronté s’était permis de rentrer dans la maison et de dévorer une partie du repas?

RÉVEILLON MOUVEMENTÉ

Le père de Claire le tira par l’oreille et le poussa vers la sortie.

― Hors d’ici, maudite fripouille!

― Oh! Excusez-moi, monsieur. Je suis arrivé quinze minutes avant l’heure, je l’admets, et j’ai sonné de nombreuses fois. Comme personne ne me répondait, j’allais partir quand, par hasard, j’ai tourné la poignée et la porte s’est ouverte toute seule. Comme j’avais froid, j’ai décidé de vous attendre à l’intérieur.

― Comment cela, l’entrée n’était pas fermée à clé?

― C’est moi qui l’ai débarrée quand nous sommes sortis, papa, avoua Claire. Je craignais que nous revenions en retard.

― Dehors, vieux rat! lança le père furieux. Tu n’avais pas d’affaire à pénétrer chez nous et à avaler une partie de notre repas, espèce de salaud!

― Hé! mon mari, protesta la mère, c’est Noël! Ne peux-tu pas pardonner à ce pauvre type gelé et affamé, et tout seul au monde? Noël, n’est-ce pas la fête de l’amour et de la clémence?

Au grand bonheur de Claire, le paternel regarda sa femme et poussa un long soupir, puis il posa une main accueillante sur l’épaule de Tom en lui indiquant qu’il ne lui en voulait plus et qu’il pouvait rester. La fillette s’arrêta aussitôt de pleurer et se jeta dans les bras du sans-abri tout ému.

Même s’il ne reçut qu’une toute petite pointe de quiche pour entamer le repas, Tom attaqua par la suite la dinde, la gelée de canneberges, les patates pilées et la bûche en chocolat à bouchées doubles.

Quelques minutes plus tard, lorsque chacun déballa un cadeau cueilli au pied de l’arbre, Tom reçut le sien avec un sourire indescriptible et ne cessa de remercier tous et chacun, les larmes aux yeux.

Puis, à l’étonnement de toute la famille, il se leva et retira, de derrière le divan, un paquet mystérieux pour l’offrir aux parents de Claire. Il contenait le portrait d’une petite fille avec une pomme dans la main, tracé au crayon noir sur du papier blanc et maladroitement fixé dans un vieux cadre peinturluré d’or.

― Je l’ai exécuté moi-même, affirma l’itinérant, il représente Claire que j’ai le bonheur de rencontrer chaque matin.

Tous s’exclamèrent d’admiration et de joie. Le dessin était tellement bien fait qu’on pouvait identifier facilement la fillette. On l’installa avec grand plaisir au-dessus de la cheminée dans laquelle le père avait allumé un grand feu.

Quand vint le moment d’aller se coucher, à la grande surprise de tous, la mère de Claire offrit à Tom de dormir sur le divan, ce qu’il accepta avec  plaisir.

RETROUVAILLES

Le lendemain matin, il avait disparu avant même que chacun ne se lève. La fillette ne le revit qu’après les vacances de Noël, assis sur le trottoir de la rue Sainte-Catherine, la main tendue pour solliciter la bonté des passants.

Leur joie de se retrouver fut grande, pour Claire et Tom, assurés qu’une véritable amitié régnerait dorénavant entre eux.

Cette amitié durable représenta leur plus beau cadeau de Noël…

 

Joyeux Noël à tous!

www.michelineduff.com

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

555
Publicité

Populaires

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page