Connectez-vous à nous
lidl opening times today

Faits divers

Homme blessé durant une invasion de domicile

Trois individus cagoulés sont entrés par effraction dans une maison mobile de Duvernay Est et s’en sont pris à un homme, l’atteignant d’au moins trois projectiles, dans la soirée du lundi 19 octobre.

L’appel au 911 a été fait sur le coup de 20h11, en provenance d’un parc de maisons mobiles situé sur la montée Masson, enclavé entre les autoroutes 440 et 25.

À l’arrivée des policiers, ils ont trouvé un citoyen, âgé dans la cinquantaine, atteint d’un minimum de trois projectiles, en provenance d’une arme à plomb.

La victime était accompagnée d’une jeune femme dans la vingtaine en sérieux état de choc.

Quelques minutes plus tôt, un trio de malfaiteurs avait forcé l’entrée et fait irruption dans leur résidence.

Une chicane et rixe s’en seraient ensuivies, l’un des hommes cagoulés déchargeant sa carabine ou arme de poing sur l’occupant masculin.

Ce dernier a été blessé à la tête, au torse et à la poitrine.

Intervention rapide

Toutefois, on n’a jamais craint pour la vie de la victime.

L’homme attaqué et la jeune femme ont vite été pris en charge par les ambulanciers d’Urgences-santé et dirigés vers un centre hospitalier.

Les trois suspects, dont on ignore toujours la description, ont pris la fuite dans un véhicule encore non identifié.

Par la suite, les enquêteurs et techniciens en identité judiciaire du Service de police de Laval ont mis le cap sur les lieux de l’incident.

Ils ont donc commencé à investiguer, tentant de faire la lumière sur les mobiles de cette affaire.

Devant la loi

Si les suspects sont retracés et écroués, ils pourraient faire face à des chefs d’accusation d’introduction par effraction, agression armée, voies de fait et décharger une arme à feu avec une intention particulière.

L’article 244 du code criminel canadien stipule notamment que: «Commet une infraction quiconque, dans l’intention de blesser, mutiler ou défigurer une personne, de mettre sa vie en danger ou d’empêcher son arrestation ou sa détention, décharge une arme à feu contre qui que ce soit.»

Cet acte est passible d’une peine d’emprisonnement maximale de 14 ans, en spécifiant un minimum de 5 ans pour une première infraction et 7 ans en cas de récidive.

Commentaires

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

555
Publicité

Populaires

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page