Connectez-vous à nous

Une jeune femme retrouvée morte à Vimont

Faits divers

Une jeune femme retrouvée morte à Vimont

Un homme de Vimont a vécu l’horreur, mardi, lorsqu’il a trouvé le corps inerte de sa fille de 24 ans, qui gisait dans son lit de la résidence familiale. Hier, le conjoint de la victime devait comparaître.

Commentaires

C’est en fin d’après-midi, mardi, que le corps de Vayola Brutus, 24 ans, a été retrouvé dans sa demeure du 2216, rue Florence, à Vimont.

C’est le père de la victime qui a fait la macabre découverte, après avoir remarqué qu’une odeur étrange provenait de la chambre à coucher.

Arrestation

Après avoir ratissé les lieux et avoir interrogé plusieurs proches, les enquêteurs de la police de Laval ont appréhendé, très tôt mercredi matin, le conjoint de la victime.

Benza Tshiany, 30 ans, a dû comparaître, en après-midi, pour des accusations d’outrage envers un cadavre. Et une fois que l’autopsie sera terminée, d’autres accusations pourraient être portées.

Selon le département des relations publiques de la police de Laval, la jeune femme aurait subi des blessures à la tête. Toujours selon la police, elle aurait perdu la vie plusieurs heures avant la découverte de son corps.

Aucune trace de violence n’a été constatée à l’intérieur de la maison, mais la voiture du suspect et celle de la victime ont été saisies.

Un homme étrange

Selon des proches de la victime, qui ont bien accepté de se confier au Courrier Laval, Benza Tshiany était un homme très étrange, qui n’adressait la parole à presque personne dans la famille de la victime.

«Ça faisait près de huit ans qu’ils étaient ensemble, et il ne m’a jamais parlé, raconte Kathiana Regine Innocente, l’une des cousines de Vayola Brutus. Même avec elle, il était très bizarre.» «Je pense qu’il était polygame, qu’il la trompait et qu’elle s’apprêtait à le laisser. Samedi, Vayola m’avait appelée pour me parler de problèmes qu’elle avait avec lui, mais je n’ai pas eu le temps. On devait se voir cette semaine, mais il l’a tuée, et je ne saurai jamais ce qu’elle voulait me dire», poursuit-elle, avant de fondre en larmes.

Stanley Dubrosse, qui est le conjoint d’une autre cousine de la victime, affirme avoir toujours trouvé un peu louche le copain de la victime. «Quand il venait dans la famille, il ne saluait personne et il ne souriait pas, raconte-t-il. Et on m’a même dit qu’il frappait Vayola de temps en temps. Selon moi, c’était quelqu’un de pas fiable du tout.»

Quant aux voisins, ils s’entendent tous pour dire que la victime et sa famille étaient des gens sympathiques et sans histoire.

PHOTO DIGITALE brutus.jpg

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Faits divers

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page