Connectez-vous à nous

Un an pour une école pas comme les autres

Actualités

Un an pour une école pas comme les autres

Donner une qualification et lutter contre le décrochage scolaire, c’est la mission du Centre de qualification professionnelle et d’entreprenariat de Laval qui a fêté son premier anniversaire, le 12 juin.

Des élèves d’une dizaine de classes avaient préparé pour l’occasion des kiosques d’information sur les différents projets réalisés dans l’année.

L’établissement, situé boulevard de la Concorde, accueille des jeunes de l’île qui n’ont pas réussi leur secondaire 1 ou 2, voire leur dernière année de primaire.

Anciennement appelé l’école Le Virage, ses locaux ont été réaménagés. Une deuxième cuisine, des laboratoires et des salles adaptées à la formation pratique (travail du bois, réparation de vélos) ont été construits.

Un cursus d’un an destiné aux 16-24 ans a aussi été implanté. Cela permet à ces jeunes adultes en échec scolaire d’accéder au marché du travail ou à un centre de formation pour adulte.

Stage et école

Tayyna Cange, 17 ans, n’arrivait pas à finir son secondaire 1 à Saint-Laurent. «Je suis dyslexique. J’avais besoin de plus de soutien», reconnaît-elle. Lorsque ses parents ont déménagé à Laval, l’école Poly-Jeunesse lui a proposé de s’inscrire au Centre de qualification professionnelle.

Depuis, elle a intégré une formation à un métier semi-spécialisé (FMS). Elle a effectué quatre stages, dont huit mois à la garderie Renaissance.

«Les stages m’ont motivée. Ma professeure m’a dit: ‘’ce n’est pas parce que t’es comme ça que tu ne peux pas réussir’’», raconte l’élève.

Au total, 200 employeurs sont partenaires de l’école et accueillent durant l’année ses 430 élèves en stage.

Développer des habitudes

«Certains élèves ne sont toutefois pas prêts à faire un stage à l’extérieur», déclare Lise Laroche, la directrice de l’établissement.

L’atelier animé par l’enseignant Gabriel Beausoleil leur permet alors d’explorer les bonnes pratiques à l’interne.

«Avec eux, on travaille beaucoup au niveau de l’attitude, comme être poli, ponctuel ou bien se présenter», indique Mme Laroche.

Des ateliers de bois, verre, recyclage et entretien leur permettent aussi d’accumuler des heures de stage.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page