Connectez-vous à nous

Sonia Baudelot présente ses cinq premiers candidats

Actualités

Sonia Baudelot présente ses cinq premiers candidats

ÉLECTIONS. C’est en présence de plusieurs dizaines de sympathisants dont le député libéral fédéral de Laval-Les Îles, Fayçal El-Khoury, que Sonia Baudelot s’est officiellement lancée dans la course à la mairie à titre de chef du nouveau parti Avenir Laval.

Commentaires

Mère de deux enfants âgés de 9 et 13 ans, Mme Baudelot a fait ses premières armes en politique municipale en 2013, alors qu’elle était candidate indépendante dans le district L’Abord-à-Plouffe qui l’a vu naître dans les années 1970. Elle avait terminé troisième avec 15 % des suffrages exprimés.

L’année suivante, elle participait activement à la campagne qui a fait réélire le député Guy Ouellette dans Chomedey. De fait, sa mère préside aux destinées de l’Association libérale de cette circonscription. «On est libéral de longue date dans la famille», reconnaît Sonia Baudelot qui siège à la commission politique du PLQ dans Chomedey.

Programme

Celle que l’on aperçoit régulièrement aux séances du conseil municipal a fait équipe un temps avec le Parti Laval de Michel Trottier avant de prendre ses distances à la fin de 2016 tout comme l’ont fait Claude Rousseau, Georges-Michel Raymond et Robert Fauteux, lesquels s’impliquent aujourd’hui dans l’organisation de sa campagne.

M. Rousseau la dépeint comme une personne dévouée, investie dans sa communauté et rassembleuse.

«Plus on va la connaître, plus elle a de chance de se faire élire. Propagez la bonne nouvelle!» a-t-il lancé en présentant la chef d’Action Laval aux militants du parti réunis dans un restaurant du boulevard Saint-Martin, le 28 juin.

Sonia Baudelot aspire à succéder à Marc Demers, «un maire de transition, qui a poursuivi les projets de Gilles Vaillancourt», dit-elle en évoquant la Place Bell et le Complexe aquatique.

«Les jeunes ne devraient pas avoir à traverser la ville au complet pour pratiquer un sport ou leur loisir», a-t-elle mentionné entourée de ses cinq premiers candidats confirmés.

Avenir Laval proposera «un plan pour promouvoir la santé et les sports chez les jeunes tout en allégeant le portefeuille des parents», dont les détails seront dévoilés en cours de campagne.

Idem pour la baisse de taxes annoncée et un crédit fiscal lié à la rénovation domiciliaire visant à encourager l’achat local.

«Notre plateforme électorale comptera une vingtaine d’éléments forts», fait valoir Mme Baudelot, qui agit depuis quelques années à titre de directrice bénévole au Centre communautaire de Loisibourg, à Sainte-Dorothée.

Candidats

Premier des cinq candidats présentés, Alain Leboeuf, un ingénieur diplômé de l’École Polytechnique de Montréal en 1995, tentera de ravir le poste au conseiller sortant du parti au pouvoir, Paolo Galati, dans Saint-Vincent-de-Paul.

Mathématicien de formation, André Naous défendra quant à lui les couleurs d’Avenir Laval dans le district Renaud actuellement détenu par Raynald Adams. Ce dernier a déjà indiqué qu’il ne sollicitera pas de renouvellement de mandat.

Thérèse Renaud, une infirmière, briguera les suffrages dans Souvenir-Labelle représenté au conseil municipal par Jean Coupal du Parti Laval.

Étudiante en génie civil à l’Université Concordia et entrepreneure, Zitta McHake se présentera dans L’Abord-à-Plouffe où elle fera face, entre autres, à Vasilios Karidogiannis élu sous la bannière du Mouvement lavallois en 2013.

Enfin, dans le district Saint-Martin, Litsa Eftaxias cherchera à déloger la conseillère Aline Dib, également du Mouvement lavallois. Physiothérapeute, la candidate d’Avenir Laval exerce sa profession à l’Hôpital juif de réadaptation depuis 2004.

Mère de deux enfants âgés de 9 et 13 ans, Mme Baudelot a fait ses premières armes en politique municipale en 2013, alors qu’elle était candidate indépendante dans le district L’Abord-à-Plouffe qui l’a vu naître dans les années 1970. Elle avait terminé troisième avec 15 % des suffrages exprimés.

Sonia Baudelot briguera la mairie sous la bannière du parti Avenir Laval.Sonia Baudelot briguera la mairie sous la bannière du parti Avenir Laval.  ©Photo – Photo TC Media – Stéphane St-Amour

L’année suivante, elle participait activement à la campagne qui a fait réélire le député Guy Ouellette dans Chomedey. De fait, sa mère préside aux destinées de l’Association libérale de cette circonscription. «On est libéral de longue date dans la famille», reconnaît Sonia Baudelot qui siège à la commission politique du PLQ dans Chomedey.

Programme

Celle que l’on aperçoit régulièrement aux séances du conseil municipal a fait équipe un temps avec le Parti Laval de Michel Trottier avant de prendre ses distances à la fin de 2016 tout comme l’ont fait Claude Rousseau, Georges-Michel Raymond et Robert Fauteux, lesquels s’impliquent aujourd’hui dans l’organisation de sa campagne.

M. Rousseau la dépeint comme une personne dévouée, investie dans sa communauté et rassembleuse.

La chef du parti Avenir Laval et candidate à la mairie, Sonia Baudelot, en présence dLa chef du parti Avenir Laval et candidate à la mairie, Sonia Baudelot, en présence d’un de des organisateurs de cette nouvelle formation politique, Claude Rousseau.  ©Photo – Photo TC Media – Stéphane St-Amour

«Plus on va la connaître, plus elle a de chance de se faire élire. Propagez la bonne nouvelle!» a-t-il lancé en présentant la chef d’Action Laval aux militants du parti réunis dans un restaurant du boulevard Saint-Martin, le 28 juin.

Sonia Baudelot aspire à succéder à Marc Demers, «un maire de transition, qui a poursuivi les projets de Gilles Vaillancourt», dit-elle en évoquant la Place Bell et le Complexe aquatique.

«Les jeunes ne devraient pas avoir à traverser la ville au complet pour pratiquer un sport ou leur loisir», a-t-elle mentionné entourée de ses cinq premiers candidats confirmés.

Avenir Laval proposera «un plan pour promouvoir la santé et les sports chez les jeunes tout en allégeant le portefeuille des parents», dont les détails seront dévoilés en cours de campagne.

Idem pour la baisse de taxes annoncée et un crédit fiscal lié à la rénovation domiciliaire visant à encourager l’achat local.

«Notre plateforme électorale comptera une vingtaine d’éléments forts», fait valoir Mme Baudelot, qui agit depuis quelques années à titre de directrice bénévole au Centre communautaire de Loisibourg, à Sainte-Dorothée.

Candidats

Premier des cinq candidats présentés, Alain Leboeuf, un ingénieur diplômé de l’École Polytechnique de Montréal en 1995, tentera de ravir le poste au conseiller sortant du parti au pouvoir, Paolo Galati, dans Saint-Vincent-de-Paul.

Mathématicien de formation, André Naous défendra quant à lui les couleurs d’Avenir Laval dans le district Renaud actuellement détenu par Raynald Adams. Ce dernier a déjà indiqué qu’il ne sollicitera pas de renouvellement de mandat.

Thérèse Renaud, une infirmière, briguera les suffrages dans Souvenir-Labelle représenté au conseil municipal par Jean Coupal du Parti Laval.

Étudiante en génie civil à l’Université Concordia et entrepreneure, Zitta McHake se présentera dans L’Abord-à-Plouffe où elle fera face, entre autres, à Vasilios Karidogiannis élu sous la bannière du Mouvement lavallois en 2013.

Enfin, dans le district Saint-Martin, Litsa Eftaxias cherchera à déloger la conseillère Aline Dib, également du Mouvement lavallois. Physiothérapeute, la candidate d’Avenir Laval exerce sa profession à l’Hôpital juif de réadaptation depuis 2004.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page