Connectez-vous à nous

Plus d’actions concrètes à venir contre la violence conjugale

lidl opening times today

Actualités

Plus d’actions concrètes à venir contre la violence conjugale

SOCIÉTÉ. La Ville de Laval, par la voix de la conseillère et membre du comité exécutif Sandra Desmeules, s’est déclarée alliée contre la violence conjugale aux côtés de 299 autres municipalités du Québec lors d’une sortie publique, le 3 décembre.

Commentaires

Ces villes s’étaient engagées à rendre public leur engagement lors des 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes, du 25 novembre au 6 décembre.

«L’an passé, les trois maisons d’hébergement pour femmes de Laval, soit De Lima, Le Prélude et L’Esther, nous ont remis une résolution, d’expliquer Sandra Desmeules. Elles nous demandaient de proclamer la Ville alliée contre la violence conjugale et de mettre de l’avant des mesures concrètes en ce sens.»

Actions et concertation

La conseillère de Concorde-Bois-de-Boulogne indique que plusieurs mesures étaient déjà en place parmi celles réclamées, notamment la présence d’une personne ressource à l’administration municipale, la formation du corps policier aux interventions dans des cas de violence conjugale et un investissement financier.

«Nous avons mis 300 000 $ pour lutter contre l’exploitation sexuelle puisque dans le contexte lavallois, la violence prend souvent cette forme, indique Sandra Desmeules. On essaie actuellement d’évaluer les besoins en concertation avec les organismes pour les femmes immigrantes et les maisons d’hébergement.»

Les listes d’attente se sont beaucoup allongées ces dernières années. La Ville de Laval veut soutenir ces organismes dans la recherche de terrains, puisque l’agrandissement et l’ajout de nouveaux espaces sont devenus une nécessité criante.

«Nous avons également fait parvenir des lettres d’appui aux autres paliers gouvernementaux pour que ces femmes obtiennent plus de subventions afin de rencontrer leurs objectifs», d’ajouter Mme Desmeules.

«Nous sommes très encouragées de constater que les municipalités du Québec prennent cette problématique au sérieux, car nous avons besoin que tous les acteurs de la société québécoise joignent leurs efforts aux nôtres pour mettre fin à la violence conjugale», mentionne finalement Sylvie Langlais, présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugal qui a initié cette vaste campagne de sensibilisation à pareille date l’an dernier.

Ces villes s’étaient engagées à rendre public leur engagement lors des 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes, du 25 novembre au 6 décembre.

«L’an passé, les trois maisons d’hébergement pour femmes de Laval, soit De Lima, Le Prélude et L’Esther, nous ont remis une résolution, d’expliquer Sandra Desmeules. Elles nous demandaient de proclamer la Ville alliée contre la violence conjugale et de mettre de l’avant des mesures concrètes en ce sens.»

Actions et concertation

La conseillère de Concorde-Bois-de-Boulogne indique que plusieurs mesures étaient déjà en place parmi celles réclamées, notamment la présence d’une personne ressource à l’administration municipale, la formation du corps policier aux interventions dans des cas de violence conjugale et un investissement financier.

«Nous avons mis 300 000 $ pour lutter contre l’exploitation sexuelle puisque dans le contexte lavallois, la violence prend souvent cette forme, indique Sandra Desmeules. On essaie actuellement d’évaluer les besoins en concertation avec les organismes pour les femmes immigrantes et les maisons d’hébergement.»

Les listes d’attente se sont beaucoup allongées ces dernières années. La Ville de Laval veut soutenir ces organismes dans la recherche de terrains, puisque l’agrandissement et l’ajout de nouveaux espaces sont devenus une nécessité criante.

«Nous avons également fait parvenir des lettres d’appui aux autres paliers gouvernementaux pour que ces femmes obtiennent plus de subventions afin de rencontrer leurs objectifs», d’ajouter Mme Desmeules.

«Nous sommes très encouragées de constater que les municipalités du Québec prennent cette problématique au sérieux, car nous avons besoin que tous les acteurs de la société québécoise joignent leurs efforts aux nôtres pour mettre fin à la violence conjugale», mentionne finalement Sylvie Langlais, présidente du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugal qui a initié cette vaste campagne de sensibilisation à pareille date l’an dernier.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page