Connectez-vous à nous

Manquement à l’éthique? Aglaia Revelakis s’en défend!

Actualités

Manquement à l’éthique? Aglaia Revelakis s’en défend!

CONTROVERSE. La conseillère municipale de l’opposition Aglaia Revelakis se défend d’avoir transgressé le Code d’éthique et de déontologie des élus de la Ville en divulguant, en début de semaine, des informations sensibles partagées par la Direction générale lors d’une présentation le 23 janvier.

Commentaires

Citant un rapport interne, Mme Revelakis dévoilait le 12 février d’importants manquements aux obligations du fournisseur Transvrac Montréal-Laval prévues au contrat de 2,2 M$ octroyé par la Ville pour le transport de la neige dans les secteurs de St-Martin et Chomedey.

Le 16 février, par l’entremise d’un porte-parole, Mme Revelakis, qui se trouve actuellement à l’extérieur du pays, a vivement réagi aux commentaires de l’administration Demers selon lesquels elle aurait manqué à son devoir de réserve en diffusant des «informations privilégiées» qui n’auraient pas dû être rendues publiques.

Bien qu’elle reconnaisse qu’en vertu de l’article 6.6 du Code – en lien avec la protection de l’information confidentielle ou privilégiée – il soit interdit à tout élu de communiquer des informations sensibles qui ne sont pas à la disposition du public, la principale intéressée est d’avis que l’information interne qu’elle a diffusée aurait pu être obtenue via la Loi sur l’accès à l’information.

Quant aux craintes exprimées pour la santé et la sécurité des Lavallois, Mme Revelakis persiste et signe, rappelant qu’elle reçoit depuis le début de l’année de 10 à 15 appels et courriels par jour de citoyens inquiets en raison des problèmes liés au déneigement de leur rue.

Au cabinet du maire, le 16 février en début d’après-midi, on n’écartait toujours pas la possibilité de déposer une plainte devant la Commission municipale du Québec pour manquement au Code d’éthique et de déontologie des élus de la Ville.

Citant un rapport interne, Mme Revelakis dévoilait le 12 février d’importants manquements aux obligations du fournisseur Transvrac Montréal-Laval prévues au contrat de 2,2 M$ octroyé par la Ville pour le transport de la neige dans les secteurs de St-Martin et Chomedey.

Le 16 février, par l’entremise d’un porte-parole, Mme Revelakis, qui se trouve actuellement à l’extérieur du pays, a vivement réagi aux commentaires de l’administration Demers selon lesquels elle aurait manqué à son devoir de réserve en diffusant des «informations privilégiées» qui n’auraient pas dû être rendues publiques.

Bien qu’elle reconnaisse qu’en vertu de l’article 6.6 du Code – en lien avec la protection de l’information confidentielle ou privilégiée – il soit interdit à tout élu de communiquer des informations sensibles qui ne sont pas à la disposition du public, la principale intéressée est d’avis que l’information interne qu’elle a diffusée aurait pu être obtenue via la Loi sur l’accès à l’information.

Quant aux craintes exprimées pour la santé et la sécurité des Lavallois, Mme Revelakis persiste et signe, rappelant qu’elle reçoit depuis le début de l’année de 10 à 15 appels et courriels par jour de citoyens inquiets en raison des problèmes liés au déneigement de leur rue.

Au cabinet du maire, le 16 février en début d’après-midi, on n’écartait toujours pas la possibilité de déposer une plainte devant la Commission municipale du Québec pour manquement au Code d’éthique et de déontologie des élus de la Ville.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page