Connectez-vous à nous

Ligne rose: un 2e rejet en moins de 6 mois

lidl opening times today

Transport

Ligne rose: un 2e rejet en moins de 6 mois

Un peu moins de six mois après avoir vu sa proposition battue une première fois par le parti au pouvoir, le conseiller municipal de Saint-Bruno, David De Cotis, est revenu à la charge à la séance du conseil de février afin que le Bureau de projet de la ligne rose, à Montréal, étudie la possibilité de se rendre à Saint-Vincent-de-Paul par-delà la rivière des Prairies.

Sans surprise, la nouvelle résolution qui, en fait, était un copier-coller de la précédente allait connaître le même sort, non sans avoir préalablement été débattue pendant 30 longues minutes.

Le critique de l’opposition en matière de transport a justifié sa seconde demande par l’ouverture manifestée en début d’année par la nouvelle ministre fédérale de l’Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, à contribuer à financer le développement du transport collectif dans la région de Montréal.

Les pour

«On peux-tu rêver à coût zéro», a lancé le conseiller municipal de Saint-Vincent-de-Paul, Paolo Galati, précisant que ce projet ne verrait probablement pas le jour avant 30 ou 40 ans d’ici.

Quant au chef de l’opposition officielle, Michel Trottier, il a rejeté l’argument du maire Demers à l’effet qu’une telle motion compromettrait l’ajout d’un mode de transport lourd que réclame son administration dans le secteur de Chomedey.

«On vient juste proposer d’avoir une analyse pour un mode structurant dans l’est de Laval, a-t-il expliqué en rappelant que le secteur est plutôt mal desservi côté transport collectif. Ça ne nous engage à rien. Le but, c’est de semer quelque chose.»

L’amendement du conseiller Claude Larochelle – accepté par le proposeur – remplaçant les mots «station de métro» par «moyen de transport structurant» dans le libellé de la proposition initiale n’a eu aucun effet sur le résultat du vote.

Les contre

Pour sa part, le maire Marc Demers a démenti les deux oppositions qui martèlent qu’il «ne coûte rien» de demander d’inclure Laval dans l’étude de la ligne rose actuellement en cours. «Juste l’étude pour le prolongement de la ligne bleue a coûté 60 M$ à l’AMT, a-t-il dit en évoquant la défunte Agence métropolitaine de Transport aujourd’hui remplacée par l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). Il est bien naïf de penser que la Ville de Montréal paierait pour étudier un éventuel prolongement de la ligne rose à Laval sans charger les Lavallois.»

Toujours selon le maire, la demande de M. De Cotis est incompatible avec le consensus dégagé lors du Forum sur la mobilité qui avait réuni 19 maires des régions de Laval et des Basses-Laurentides au printemps 2018. «Par solidarité, il va falloir maintenir ce consensus-là», a fait valoir M. Demers en parlant de la vision du développement d’un réseau de transport intégré et des priorités soumises au gouvernement Legault visant à réduire la congestion pour les prochaines années.

Renchérissant, le conseiller de Saint-François et président de la Société de transport de Laval (STL), Éric Morasse, a identifié le projet intégré de service rapide par bus (SRB) en chantier sur le boulevard Pie-IX comme un «projet structurant aussi rapide qu’un métro à 6 milliards». À cet égard, il a parlé d’«un investissement de 300 M$ qui va permettre aux gens de Saint-Vincent-de-Paul d’arriver au centre-ville [de Montréal] en 35-40 minutes.» Selon l’échéancier, le SRB-Pie-IX devrait relier le boulevard Saint-Martin à la station de métro Pie-IX dès l’automne 2022.

À l’issue des échanges, la motion a été battue à 11 voix contre 6, un score identique a celui enregistré lors du vote pris à la séance du conseil municipal du 13 août 2019.

Commentaires

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, sstamour@2m.media, 450-667-4360 poste : 3523

1 commentaire

1 commentaire

  1. Gilles Proulx

    20 février 2020 à 13 h 22 min

    Je suis le président du Comité de Citoyens pour des Transports Collectifs dans l’Est de Laval (CoCiTCEL)et j’approuve le projet du prolongement de la ligne rose à Laval.
    Depuis 2009, notre organisme se bat avec la ville et la STL afin de promouvoir des transports qui diminueraient le trafic routier aux heures de pointe. Nous avons d’abord opter pour un train de banlieue Mascouche-Terrebonne-St-François, St-Vincent-de-Paul-Montréal vers la gare Lucien L’Allier sans succès. Le Train de l’Est nous a volé notre train de banlieue qui aurait été en service en décembre 2004.Malgré notre réussite d’obtenir un autobus Express 925, qui traverse le Pont Charbonneau A25 vers la station Radisson à Montréal, nous avons encore de la difficulté à traverser les ponts vers Montréal sur les heures de pointe.
    Nous considérons qu’une station à St-Vincent-de-Paul serait très bénéfique pour l’économie de l’Est de Laval et inciterait encore plus d’automobilistes à laisser leur véhicule à la maison pour utiliser le transport en commun qui réduirait le temps parcouru pour l’accès aller-retour au travail. De plus, plusieurs utilisateurs de la ligne orange changeraient de couleur pour la ligne rose, en décongestionnant la ligne orange. Tout le monde en ferait son profit!

    Gilles Proulx
    info@cocitcel.org

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

555
Publicité

Populaires

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page