Connectez-vous à nous

Le maire appuie la ministre Charlebois dans le contrôle des boissons alcoolisées

Actualités

Le maire appuie la ministre Charlebois dans le contrôle des boissons alcoolisées

SOCIÉTÉ. Marc Demers a pris note de l’appel fait au gouvernement fédéral par la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, afin qu’il intervienne dans le dossier des boissons alcoolisées sucrées, populaires chez les jeunes.

Commentaires

«La ministre a raison de demander l’intervention de Santé Canada, a déclaré le maire de Laval via communiqué Il faut rapidement encadrer la commercialisation des boissons à teneur élevée en alcool, en caféine et en sucre, qui mettent en danger la santé, quand ce n’est pas la vie de nos jeunes.»

Un encadrement sévère et rigoureux s’avère nécessaire autant sur le plan de la production que vente au détail.

En référence à la mort de la jeune Athena Gervais la semaine dernière, Marc Demers a tenu à souligner que «les parents ont beau faire leur travail, il semble que les balises et les filets légaux ne suffisent pas à contrer la réaction des jeunes au marketing qui les cible particulièrement ni leur malheureux engouement pour le goût de ces boissons».

Le maire a aussi rappelé que comme municipalité, la Ville a la possibilité d’agir en collaboration avec des partenaires en santé publique, notamment par des interventions concertées avec son Service de police.

«Certains détaillants ont réagi en enlevant le produit des tablettes, mais c’est agir en aval de la question, a-t-il ajouté. Il se trouvera toutefois d’autres détaillants pour faire de la vente de ce produit un avantage concurrentiel sur le marché. C’est le devoir du gouvernement d’agir ici en amont en légiférant pour soustraire ce type de boissons de l’influence de la logique marchande.» (B.L.)

«La ministre a raison de demander l’intervention de Santé Canada, a déclaré le maire de Laval via communiqué Il faut rapidement encadrer la commercialisation des boissons à teneur élevée en alcool, en caféine et en sucre, qui mettent en danger la santé, quand ce n’est pas la vie de nos jeunes.»

Un encadrement sévère et rigoureux s’avère nécessaire autant sur le plan de la production que vente au détail.

En référence à la mort de la jeune Athena Gervais la semaine dernière, Marc Demers a tenu à souligner que «les parents ont beau faire leur travail, il semble que les balises et les filets légaux ne suffisent pas à contrer la réaction des jeunes au marketing qui les cible particulièrement ni leur malheureux engouement pour le goût de ces boissons».

Le maire a aussi rappelé que comme municipalité, la Ville a la possibilité d’agir en collaboration avec des partenaires en santé publique, notamment par des interventions concertées avec son Service de police.

«Certains détaillants ont réagi en enlevant le produit des tablettes, mais c’est agir en aval de la question, a-t-il ajouté. Il se trouvera toutefois d’autres détaillants pour faire de la vente de ce produit un avantage concurrentiel sur le marché. C’est le devoir du gouvernement d’agir ici en amont en légiférant pour soustraire ce type de boissons de l’influence de la logique marchande.» (B.L.)

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page