Connectez-vous à nous

Le Centre de la nature à l’heure de l’apiculture urbaine

Actualités

Le Centre de la nature à l’heure de l’apiculture urbaine

2NATURE. Implantées à l’été aux abords de la halte environnementale du Centre de la nature, 2 colonies de 30 000 abeilles chacune ont déjà produit 31 kilos de miel.

Commentaires

Cette récolte servira notamment à la dégustation lors d’activités de sensibilisation à la protection de la biodiversité auprès des citadins, informe Adeline Deheunynck, responsable des ruches urbaines au Service de l’environnement de Laval.

«Ce projet permet de rappeler l’importance des insectes pollinisateurs dont les abeilles sont les reines», précisait-elle, le 23 septembre, au terme de l’atelier portant sur l’extraction artisanale du miel des ruches.

Si la réglementation municipale limite pour l’instant l’apiculture à la zone agricole, le Service de l’environnement souhaiterait que l’on en élargisse l’autorisation aux zones urbaines comme c’est notamment le cas à Montréal. «On sent un engouement, dit-elle. Les gens sont très intéressés.»

De fait, ils étaient une quarantaine de personnes inscrites à l’atelier animé par la firme d’apiculture urbaine Alvéole.

Contribution

En plus de lutter contre l’important déclin des populations d’abeilles dû, entre autres, à l’utilisation massive de pesticides et la perte de biodiversité, l’apiculture urbaine contribue au maintien de la production agricole, considérant que 40 % des produits alimentaires proviennent de la pollinisation par les abeilles.

Cette récolte servira notamment à la dégustation lors d’activités de sensibilisation à la protection de la biodiversité auprès des citadins, informe Adeline Deheunynck, responsable des ruches urbaines au Service de l’environnement de Laval.

Gabrielle Caron exhibe un cadre avant dGabrielle Caron exhibe un cadre avant d’en évacuer le miel.  ©Photo – Photo TC Media – Mario Beauregard

«Ce projet permet de rappeler l’importance des insectes pollinisateurs dont les abeilles sont les reines», précisait-elle, le 23 septembre, au terme de l’atelier portant sur l’extraction artisanale du miel des ruches.

Si la réglementation municipale limite pour l’instant l’apiculture à la zone agricole, le Service de l’environnement souhaiterait que l’on en élargisse l’autorisation aux zones urbaines comme c’est notamment le cas à Montréal. «On sent un engouement, dit-elle. Les gens sont très intéressés.»

De fait, ils étaient une quarantaine de personnes inscrites à l’atelier animé par la firme d’apiculture urbaine Alvéole.

Contribution

En plus de lutter contre l’important déclin des populations d’abeilles dû, entre autres, à l’utilisation massive de pesticides et la perte de biodiversité, l’apiculture urbaine contribue au maintien de la production agricole, considérant que 40 % des produits alimentaires proviennent de la pollinisation par les abeilles.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page