Connectez-vous à nous
Police Laval autopatrouille redéploiement

Actualités

La police de Laval révolutionne ses services

Annoncé depuis 2018, le redéploiement des effectifs policiers dans un axe Est-Ouest et l’ajout de services, dont plusieurs nouvelles escouades, s’amorcera concrètement en 2021, a officialisé le Service de police de Laval (SPL).

Deux gendarmeries dont un nouvel établissement dans l’ouest de l’île Jésus; des escouades dédiées aux crimes sexuels et à la criminalité de proximité (vols, incivilité, entrées par effraction); le remplacement des postes de quartier par 27 équipes opérant dans autant de zones géographiques réparties sur l’ensemble du territoire lavallois; une collaboration plus étroite avec des travailleurs sociaux pour les interventions qui se multiplient en santé mentale; ainsi qu’une innovation avec un centre intelligent de vigie opérationnelle: voilà les grandes lignes de cette mini révolution au sein du SPL.

(Vidéo gracieuseté – Service de police de Laval)

«C’est une réflexion s’est imposée alors que Laval est en pleine croissance, la 3e ville au Québec et 13e au Canada, de confier Pierre Brochet, directeur du Service de police de Laval. Comment le SPL peut-il améliorer sa prestation de services? De nos jours, la proximité n’est plus seulement physique; ce n’est plus d’avoir un bâtiment dans ton quartier.»

20 000 heures récupérées

La structure actuelle date de plus de deux décennies. Chacun des six postes de quartier dispose de policiers en solo.

Ils se chargent des prises de rapport pour les infractions liées à une criminalité moins violente, mais engendrant de l’insécurité chez les citoyens qui en sont victimes. Les PDQ sont fermés les soirs de semaine et week-ends.

Parallèlement, les policiers en duo sont basés à la gendarmerie du 3225, boulevard Saint-Martin Est, dans Duvernay. Ils répondent à tous les appels d’urgence, d’un bout à l’autre de l’île Jésus.

«La fluidité de circulation n’est plus la même qu’il y a 20 ans, souligne chef Brochet. Notre nouvelle répartition permettra de récupérer [annuellement] 20 000 heures en efficience et temps perdu actuellement pour des déplacements. Nos policiers vont avoir une meilleure qualité de patrouille et un temps de réponse beaucoup plus rapide.»

Au cours des trois prochaines années, le SPL passera donc de huit à cinq installations, dont un nouveau poste de gendarmerie construit d’ici 2023 sur le terrain d’un ancien concessionnaire automobile, boulevard Curé-Labelle, entre l’autoroute 440 et le boulevard Le Carrefour.

L’actuelle gendarmerie située dans Duvernay sera conservée, devenant le siège des interventions menées dans l’est lavallois.

«Ce redéploiement de notre offre de services avec de nouvelles escouades et une meilleure répartition de nos effectifs va nous permettre d’être plus efficient et efficace sur le terrain, tout en limitant la croissance des coûts.»

– Pierre Brochet, directeur du Service de police de Laval

Bye bye PDQ

Dans sa stratégie, le SPL positionnera d’ici septembre prochain deux équipes, appelée escouade Azimut, aux extrémités de Laval. L’une au PDQ 1 (8495, rue Adrien), dans Saint-François; l’autre au PDQ 4 (6500, boulevard Arthur-Sauvé), dans Laval-Ouest.

La fermeture des autres postes de quartier aura lieu progressivement d’ici le printemps 2022.

Il est important de comprendre que ces policiers de l’escouade Azimut n’en demeurent pas moins assignés à l’ensemble du territoire. Leur mandat: contrer les phénomènes criminels, incivilités, et le désordre public.

Cette vingtaine de policiers s’occupera aussi des enjeux en matière de sécurité routière.

De plus, ils collaboreront étroitement avec la nouvelle escouade Prévention et la Division urgence sociale. «Ce sont plus de 40 000 heures de travail proactif qu’on récupérera ainsi pour répondre aux besoins des citoyens», soutient chef Brochet.

Prévention, proximité et crimes sexuels

La vingtaine d’agents d’intervention communautaire des actuels postes de quartier formera la nouvelle escouade Prévention. «Ils tisseront des  liens avec les citoyens et organismes des milieux de vie qui leur seront assignés, de préciser le directeur du SPL. Ils vont nous aider à mieux comprendre les besoins des citoyens.»

Cette équipe se partagera un travail d’intervention s’alignant sur un récent rapport de la Ville de Laval. Celui-ci établit 27 unités de proximités correspondant plus ou moins aux anciennes paroisses des 14 municipalités ayant fusionné en août 1965.

L’autre nouvelle escouade sera celle consacrée aux agressions et à l’exploitation de nature sexuelle, ainsi qu’à la traite de personne.

«Nous souhaitons mieux traiter les plaintes et, surtout, accorder un meilleur soutien aux victimes, affirme Pierre Brochet. Le Service accueillera un chien de soutien dont la spécialité est d’accompagner la victime durant l’enquête et le processus judiciaire.»

Santé mentale

Après avoir ajouté deux ressources en travail social durant la dernière année, le SPL en additionnera trois autres en 2021.

Autre nouveauté, un projet-pilote sera mis en branle avec Urgence sociale. Des travailleurs sociaux seront déployés sur la route en mode patrouille.

Ils interviendront donc plus rapidement lors de situations complexes touchant des problématiques psychosociales, dont la santé mentale, et qui nécessitent une approche adaptée.

«Ces appels mobilisent beaucoup nos policiers qui ne sont ni psychologues ni travailleurs sociaux, de rappeler le chef du SPL. Dès que la situation est sécurisée, Urgence sociale pourra prendre en charge la personne qui est d’ailleurs souvent connue de leur personnel pour des situations récurrentes.»

Commentaires

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page