Connectez-vous à nous

Étienne Poirier en lice pour un prix littéraire

Culture

Étienne Poirier en lice pour un prix littéraire

HONNEUR. Le Lavallois d’origine Étienne Poirier est l’un des cinq finalistes du Prix TD de la littérature canadienne pour l’enfance et la jeunesse qui a récompensé 120 livres dans les deux langues officielles de puis 2004.

Commentaires

L’auteur qui a grandi dans Sainte-Rose a séduit un premier jury de sélection avec Niska, un roman publié aux Éditions Soleil de minuit.

Le souvenir d’une promesse que le jeune Siméon a faite à son père sur une ile perdue au coeur de la forêt boréale transporte ce récit. Ce pacte scellé sera mis à l’épreuve par les hasards de la vie et la distance entre les protagonistes.

Maintenant qu’il est grand-père, le héros du livre puisera dans ses souvenirs et tentera de répondre du mieux qu’il peut à une question toute simple de sa petite-fille: «Pourquoi, moi, je m’appelle Niska?» Les responsables du concours parlent d’un «roman de l’amour familial et du déracinement» qui nous entraîne dans la réalité des pensionnats autochtones des années 50 où deux mondes se confrontent.

Notons que le jury est composé de Noë Crospal, animateur de lecture pour la jeunesse, Rachel DeRoy-Ringuette, consultante en littérature pour la jeunesse, et des bibliothécaires Joël-Vincent Cyr, Marie France Genest et Sophie Kurler.

Empochant la somme de 30 000 $, la personne gagnante sera connue lors du gala de remise de prix qui aura lieu le mercredi 8 novembre, à Montréal. Les autres finalistes se partageront un prix de 10 000 $.

Dès octobre, les jeunes pourront aussi voter pour le Prix du choix du public TD de 5000 $ sur le site de Radio-Canada.ca. Ils courront la chance de remporter 500 $ et plusieurs livres, de rencontrer l’un des auteurs en lice et d’obtenir une contribution financière pour la bibliothèque de leur école.

L’auteur qui a grandi dans Sainte-Rose a séduit un premier jury de sélection avec Niska, un roman publié aux Éditions Soleil de minuit.

Le souvenir d’une promesse que le jeune Siméon a faite à son père sur une ile perdue au coeur de la forêt boréale transporte ce récit. Ce pacte scellé sera mis à l’épreuve par les hasards de la vie et la distance entre les protagonistes.

Maintenant qu’il est grand-père, le héros du livre puisera dans ses souvenirs et tentera de répondre du mieux qu’il peut à une question toute simple de sa petite-fille: «Pourquoi, moi, je m’appelle Niska?» Les responsables du concours parlent d’un «roman de l’amour familial et du déracinement» qui nous entraîne dans la réalité des pensionnats autochtones des années 50 où deux mondes se confrontent.

Notons que le jury est composé de Noë Crospal, animateur de lecture pour la jeunesse, Rachel DeRoy-Ringuette, consultante en littérature pour la jeunesse, et des bibliothécaires Joël-Vincent Cyr, Marie France Genest et Sophie Kurler.

Empochant la somme de 30 000 $, la personne gagnante sera connue lors du gala de remise de prix qui aura lieu le mercredi 8 novembre, à Montréal. Les autres finalistes se partageront un prix de 10 000 $.

Dès octobre, les jeunes pourront aussi voter pour le Prix du choix du public TD de 5000 $ sur le site de Radio-Canada.ca. Ils courront la chance de remporter 500 $ et plusieurs livres, de rencontrer l’un des auteurs en lice et d’obtenir une contribution financière pour la bibliothèque de leur école.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page