Connectez-vous à nous
rôle
Nicolas, dans le coin supérieur gauche, en compagnie des participants de la partie du 9 août. (Capture d’écran)

Actualités

Un jeu de rôle pour aider en santé mentale

À l’occasion du défi RPGaDay, qui célèbre les jeux de rôle tout au long du mois d’août, Nicolas Savard a décidé de créer un rendez-vous quotidien appelé Projet 31 visant à récolter des fonds pour l’Association lavalloise de parents et amis pour le bien-être mental (ALPABEM).

«Je voulais faire une partie de jeu de rôle par soir qui durerait seulement une heure et qu’on essaierait d’inviter le plus de monde possible, explique-t-il. Je me suis dit que ce serait cool d’amasser de l’argent pour un organisme en même temps et Alexandre [Mc Grath, qui participe au projet] a pensé à l’ALPABEM.»

Chaque partie se déroule sur la chaîne Twitch de Nicolas qui agit en tant que maître de jeu. À chaque début de soirée, il présente l’organisme lavallois et se lance ensuite dans l’histoire en compagnie des participants du jour.

Comme dans tous les jeux de rôle, ceux-ci incarnent des personnages qui doivent vivre des situations et tenter de s’en sortir en fonction des règles établies.

«Nous sommes dans le même univers pendant tout le Projet 31, note l’organisateur qui définit l’événement sous un modèle de campagne. C’est aussi un moyen de fidéliser l’auditoire, car ils doivent essayer d’écouter les épisodes précédents s’ils participent et reprennent le personnage joué par quelqu’un d’autre la veille.»

Notons également que l’histoire concoctée par Nicolas garde un certain lien avec l’organisme pour lequel il amasse des fonds. Les personnages «sont sortis d’un contexte où ils sont en quête de sens pour se retrouver ensuite dans un tout autre monde. Ils doivent y gérer leur arrivée en tentant d’y faire du sens.»

Dons amassés

Après 9 jours de jeux de rôle, l’événement a déjà permis d’amasser 319,38 $ via un bouton à donation installé sur la plateforme. Cela n’inclut pas encore les montants remis sous formule d’abonnements à la chaîne (71,76 $), ni les dons directement offerts à l’ALPABEM.

«Au début, on a eu une explosion de donations par les gens qui étaient présents, poursuit fièrement Nicolas. Ç’a quelque peu ralenti, mais je m’y attendais puisque ce n’est pas quelque chose à grand déploiement pour lequel on fait tirer des gros prix. On ne reçoit pas non plus d’artistes invités.»

Il a tout de même tenu à établir quelques plateaux-clés auxquels une récompense est offerte. La prochaine étape de 375$ permettra de faire tirer une statue de Yusuf – un personnage de l’univers – parmi les personnes présentes dans le clavardage de l’événement. À 500$, Nicolas, Alexandre et un ami, qui est aussi maître de jeu, devront plutôt se raser la barbe de façon symbolique.

 «C’est toujours une belle surprise quand on se fait approcher par des initiatives que nous n’avons pas créées, affirme Patrice Machabée, directeur général de l’ALPABEM. Je trouve aussi le projet assez novateur du fait qu’il s’agisse d’un jeu de rôle en ligne. Ce sera peut-être une nouvelle tendance pour faire des dons aux organismes communautaires.»

Activité de répit

Patrice Machabée ajoute qu’un don se rapprochant des 500 $ permettrait, par exemple, d’organiser une activité de répit en compagnie d’enfants dont les parents sont atteints de maladie mentale.

«On en organise chaque six semaines, précise-t-il. Cela peut aller de voir un match du Rocket de Laval ou faire une sortie à l’extérieur. On peut aussi organiser une activité d’initiation à la danse. Ça implique un tel montant, car le service offert aux enfants est gratuit.»

Il tient d’ailleurs à souligner l’importance des initiatives comme Projet 31 pour les organismes communautaires, mais aussi l’importance des bénévoles pour ceux-ci.

De son côté, Nicolas invite la population à découvrir davantage l’univers des jeux de rôle, qui permettent parfois de sortir de l’isolement et d’aider à la santé mentale, un objectif qu’il partage avec l’ALPABEM.

«Ça permet de faire de superbes rencontres et aussi parfois de travailler sur nos personnalités, ajoute-t-il. Je connais beaucoup de gens qui disent que le fait de faire des jeux de rôle leur ont permis de trouver des méthodes pour gérer leur anxiété. C’est une belle façon qui ne coûte pas cher et ça permet de vivre de belles aventures.»

Pour les intéressés, il est possible de visionner les soirées de jeux de rôle du Projet 31 ou de soutenir l’initiative au twitch.tv/dm_a_cravate.

Commentaires

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page