Connectez-vous à nous

Un herbier géant de Sylvie Fraser pour le parc Laval-Ouest

Culture

Un herbier géant de Sylvie Fraser pour le parc Laval-Ouest

Le 25 septembre dernier, Sylvie Fraser a remporté le concours qui résultera en une oeuvre publique extérieure installée près des terrains synthétiques de soccer et football du parc Laval-Ouest, situé le long de la 21e Avenue, entre le chemin Saint-Antoine et la rue Charles-Baudelaire

Dans l’atelier prenant place à l’arrière de sa demeure, l’artiste de Chomedey avance son projet: une énorme branche de 16 pieds de haut, dont la structure d’acier et de béton sera recouverte d’une mosaïque en pâte de verre. Fait plutôt rare pour une sculpture. Poids total de l’oeuvre: 1 300 livres!

«Le concours de Ville de Laval exigeait une œuvre signalétique (à la verticale) que l’on peut apercevoir de loin, indique Sylvie Fraser. J’avais depuis longtemps ce fantasme d’une branche géante et d’une mosaïque très lumineuse disposée en extérieur. J’ai toujours été assez coloriste dans mon approche.»

Feuille géante et essences

L’oeuvre devrait être inaugurée en mai prochain. Une feuille géante de chêne, dont les tons foncés rappeleront l’automne, sera déposée au sol à quelques pieds de l’imposante branche et complétera ainsi l’installation.

Avant d’entreprendre son travail, Sylvie Fraser s’est promenée dans un boisé situé tout près du parc Laval-Ouest. Elle y a répertorié une vingtaine d’essences dont elle s’inspire pour les différentes parties de sa mosaïque.

«Ce sera comme un grand herbier de feuillus, souligne-t-elle. On retrouve le bouleau jaune, de nombreuses sortes d’érables, l’amélanchier, le chêne blanc, le tilleul et plusieurs autres.»

Long processus

Lors du dépôt des maquettes devant jury, le 25 septembre, Sylvie Fraser était finaliste en compagnie de deux autres artistes. Elle avait articulé son idée depuis le mois de juillet, quand le concours a été lancé.

«Pour une telle oeuvre en extérieur, il faut tenir compte de plusieurs paramètres, précise-t-elle, tels la longévité des matériaux, les risques de vandalisme, la sécurité encore plus importante dans un lieu très fréquenté par des enfants. D’autant plus que l’artiste demeure responsable de l’oeuvre pendant trois ans après son inauguration.»

Une habituée

Celle qui enseigne au département d’Arts plastiques du Collège Montmorency depuis 1999 a l’expérience des oeuvres publiques extérieures, ayant remporté plusieurs des concours organisés dans le cadre du Programme 1% du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. Cette politique incite les édifices gouvernementaux à intégrer à leur budget une oeuvre d’art publique.

Ainsi, quiconque emprunte le boulevard Cartier et passe devant le CLSC du Marigot, dans Laval-des-Rapides, aura remarqué l’imposant banc de pierre recouvert d’une mosaïque multicolore de Sylvie Fraser ou plus loin, vers l’ouest de la ville, son oeuvre-clôture en pâte de verre au CHSLD Résidence Riviera, boulevard Notre-Dame, dans Chomedey. Elle a aussi réalisé une série de rochers en mosaïque pour la piscine municipale de Lachute.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page