Connectez-vous à nous

Première fiction pour Jean Chapleau

lidl opening times today

Culture

Première fiction pour Jean Chapleau

Pour son cinquième livre, le retraité du cégep de Saint-Jérôme Jean Chapleau fait paraître Enfin, la vengeance, un roman policier à consonance sociale.

Détenteur d’un baccalauréat en enseignement secondaire et d’un DEC en Technique d’éducation spécialisée, M. Chapleau n’avait publié que des témoignages ou essais à ce jour.

Sa dernière œuvre Récit d’un séjour au Cameroun avait paru en 2015. «Avec la fiction, je me permets un peu de folie, exprime-t-il. On peut faire dire n’importe quoi à n’importe qui!»

Même s’il n’avait jamais publié de roman auparavant, Jean Chapleau souligne qu’il écrivait beaucoup de nouvelles. «J’ai suivi des cours de création littéraire et des ateliers d’écriture, raconte-t-il. J’avais une envie maniaque d’écrire et je me suis dit que j’allais essayer la fiction.»

Écrit en une année à raison de 15 heures par semaine, Enfin, la vengeance relate l’histoire d’un bibliothécaire quinquagénaire qui subit une invasion de domicile dans la région des Laurentides. À la suite de cette expérience, l’homme revit des souvenirs douloureux de son passage à l’école secondaire et souhaite se venger.

Recherche et inspiration

Pour élaborer ses personnages, Jean Chapleau s’est inspiré de plusieurs personnes qu’il connaît ou qu’il a croisées dans sa vie. «Je me souviens d’un jeune lorsque j’enseignais à l’école secondaire qui vivait beaucoup d’intimidation, se rappelle-t-il. J’ai aussi travaillé dans des organismes jeunesse où il y avait beaucoup de gens qui vivaient de l’intimidation, donc j’avais beaucoup d’images. »

Chapleau a également rencontré un policier et un psychologue pour l’aider dans sa recherche. « J’ai discuté avec quelqu’un de la Sûreté du Québec afin de mieux comprendre comment une enquête se déroulait, car à Saint-Jérôme, c’est eux qui s’occupent de ces choses-là.»

Autoédition

Pour ce livre, Jean Chapleau n’a pas fait affaires avec une maison d’édition, mais plutôt en autoédition avec le site internet LULU.com. «Il faut faire la mise en page nous-même, mais eux s’occupent de nous donner un cadre, d’imprimer et de livrer le livre»,  explique-t-il.

Avec LULU.com, l’auteur demeure propriétaire des droits afférents au contenu de l’ouvrage. Il n’a rien à payer et c’est lui-même qui fixe le prix de vente.

En ce moment, M. Chapleau écrit un deuxième manuscrit de fiction qu’il considère plus humoristique que son premier.

Le livre Enfin, la vengeance est seulement disponible sur le site LULU.com.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page