Connectez-vous à nous

Plus de 140 marcheurs pour les migrants

lidl opening times today

Actualités

Plus de 140 marcheurs pour les migrants

À l’initiative comité lavallois de Développement et paix, la marche de solidarité envers les 68 millions de migrants forcés à travers le monde du 14 dimanche 14 avril a réuni plus de 140 personnes venant des paroisses de Laval et environs.

Partant du parvis de l’église Sainte-Rose-de-Lima, ces citoyens de toutes les générations ont profité d’un après-midi ensoleillé pour parcourir un circuit quatre kilomètres dans les rues du secteur, avant de revenir à leur point de départ.

«Ces Lavallois répondaient ainsi à l’appel lancé l’an dernier, par le pape François de partager le chemin avec les migrants forcés avec pour objectif de faire plus de 40 000 kilomètres , soit l’équivalent de la circonférence de la Terre», de confier Carole Roberge,  du comité organisateur chez Développement et Paix de Laval.

Avant de franchir les premiers mètres de marche, des dossards ont été distribués aux participants avec les noms des principaux pays d’où partent généralement les migrants forcés, soit l’Irak, Afghanistan, la Syrie, le Soudan, Venezuela et autres.

Situations complexes

Membre du comité organisateur, Jean-Yves Bernard avait d’abord rappelé le parcours, donné les consignes de sécurité et les raisons pour lesquelles l’événement était organisé.

Sur place, Alessandra Santopadre, responsable du programme d’accueil des demandeurs d’asile du diocèse de Montréal, a également illustré la complexité de cette problématique, expliquant avec beaucoup d’émotion les difficultés rencontrées par ces personnes tout au long de leur chemin.

«Aussi, des efforts énormes sont faits par notre organisme et ses partenaires pour prévenir en amont des drames humains et d’agir en aval pour outiller les populations en détresse sans défense, avec l’exemple des Rohingyas, une minorité ethnique au Myanmar qui, à cause d’une loi, n’ont plus la citoyenneté et sont persécutés, marginalisés, n’ayant plus le droit de se déplacer librement et voyant leurs terres confisquées», de préciser Carole Roberge.

Chaque marcheur était donc prié d’aller à la rencontre de l’autre pour le connaitre davantage et de partager le chemin. Le parcours était ponctué d’arrêts afin d’entendre des témoignages et slogans.

Des échanges au tour du café et des goûters ont bouclé la marche.

Pour s’impliquer chez Développement et Paix : www.devp.org.

Commentaires

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page