Connectez-vous à nous

Passeurs de rêves: la Culture pour tous à Laval Senior Academy

Actualités

Passeurs de rêves: la Culture pour tous à Laval Senior Academy

ÉDUCATION. Une quinzaine d’élèves ayant des difficultés académiques de l’école Laval Senior Academy ont participé à leur dernière séance de mentorat culturel d’origami avec l’artiste Maryse Latulippe dans le cadre du projet Passeurs de rêves, le 13 décembre.

Commentaires

Le programme de mentorat culturel a comme objectif d’encourager et soutenir la persévérance scolaire des adolescents en troisième secondaire ou en adaptation scolaire.

L’enseignante Anne-Julie Cloutier a embarqué dans le projet avec les élèves pour faire de l’origami, cet art du pliage du papier.

«J’ai voulu exploiter avec eux la persévérance, explique-t-elle. Je voulais qu’ils trouvent la motivation dans ce projet difficile. Ça n’a pas toujours été facile. Certains étaient fiers d’eux.»

Les disciplines proposées étaient l’art contextuel, chanson, danse, mosaïque, slam, tricot-graffiti, théâtre d’objets, origami, art postal, etc. «Nous avons choisi l’origami, insiste-t-elle. Je voulais offrir une vision créative et positive.»

L’enseignante aimerait bien pouvoir faire ces ateliers chaque année. «Je lève la main pour revivre cette expérience enrichissante. Le tricot pourrait être intéressant», termine Anne-Julie Cloutier.

Le programme de mentorat culturel a comme objectif d’encourager et soutenir la persévérance scolaire des adolescents en troisième secondaire ou en adaptation scolaire.

L’enseignante Anne-Julie Cloutier a embarqué dans le projet avec les élèves pour faire de l’origami, cet art du pliage du papier.

«J’ai voulu exploiter avec eux la persévérance, explique-t-elle. Je voulais qu’ils trouvent la motivation dans ce projet difficile. Ça n’a pas toujours été facile. Certains étaient fiers d’eux.»

Les disciplines proposées étaient l’art contextuel, chanson, danse, mosaïque, slam, tricot-graffiti, théâtre d’objets, origami, art postal, etc. «Nous avons choisi l’origami, insiste-t-elle. Je voulais offrir une vision créative et positive.»

L’enseignante aimerait bien pouvoir faire ces ateliers chaque année. «Je lève la main pour revivre cette expérience enrichissante. Le tricot pourrait être intéressant», termine Anne-Julie Cloutier.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page