Connectez-vous à nous

Marilou Craft participe à l’exposition «Over My Black Body»

lidl opening times today

Communauté

Marilou Craft participe à l’exposition «Over My Black Body»

Jusqu’au 22 juin, l’artiste lavalloise Marilou Craft est partie prenante de l’exposition collective Over My Black Body clôturant la saison 2018-2019 de la Galerie de l’UQAM et qui explore la codification et le contrôle des corps noirs.

Recrutée par les commissaires Eunice Bélidor et Anaïs Castro, Marilou Craft œuvre dans le milieu des arts vivants comme conseillère dramaturgique, en plus de codiriger la compagnie de création interdisciplinaire, féministe et queer projets hybris.

Dans le cadre d’Over My Black Body, la jeune femme a présenté une installation en plus d’une performance intitulée À la racine, jumelée à Chloé Savoie-Bernard dans l’espace du 1400, rue Berri, à Montréal.

Marilou Craft signe aussi des articles, chroniques et commentaires culturels sur diverses plateformes, tout en s’intéressant au droit et à la traduction.

À titre de créatrice, elle livre ses propres textes dans des contextes performatifs, et ses premières œuvres littéraires ont été publiées aux éditions de Ta Mère Des nouvelles nouvelles de Ta Mère, 2016, à La Mèche, Cartographies II : Couronne Nord, 2017, chez Triptyque, Corps, 2018, ainsi que dans la revue Mœbius, no. 159, 2018. On peut prendre connaissance de son travail à mariloucraft.com.

L’exposition Over My Black Body est présentée dans le cadre des festivités du 50e anniversaire de l’UQAM, mettant en présence le travail d’artistes locaux et celui d’artistes américains et britanniques, dont Nakeya Brown, Stanley Février, Erika DeFreitas, Amartey Golding et Manuel Mathieu.

Alors qu’elles observaient les diverses manières dont les corps sont codifiés dans nos sociétés contemporaines, Eunice Bélidor et Anaïs Castro ont eu l’idée de ce dialogue continu, devenant un outil pour endosser les luttes contre le contrôle du corps noir, pour reconnaître les costumes auxquels il est assujetti et pour dénoncer l’impunité accordée à la violence institutionnalisée, peut-on lire sur le site Internet de la Galerie de l’UQAM.

Ce projet privilégie un mode évolutif qui continue de prendre différentes formes et d’aborder divers publics, depuis sa première itération à Berlin en 2018. (B.L.)

Information: 514 987-6150 ou galerie.uqam.ca.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page