Connectez-vous à nous

Loi 0 texto au volant: les 16-25 ans s’expriment

lidl opening times today

Actualités

Loi 0 texto au volant: les 16-25 ans s’expriment

Si l’on en croit la vingtaine d’étudiants âgés de 17 à 25 ans interrogés durant l’heure du lunch au Collège Montmorency, les nouvelles sanctions imposées par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) pour l’usage du cellulaire au volant vont dans le bon sens, mais sont trop extrêmes.

La SAAQ ne rigole plus avec le cellulaire au volant. Dès le 23 avril, les nouveaux conducteurs perdront leur permis probatoire au premier texto.

Ainsi, un conducteur qui se fait prendre avec son cellulaire dans les mains sur la voie publique recevra non pas trois, comme c’est le cas actuellement, mais bien quatre points d’inaptitude.

Que ce soit pour un appel, un texto, pour chercher sur Google, prendre une photo ou tout autre geste, le Code de la route interdit de tenir en main un appareil qui comporte une fonction cellulaire pendant qu’on est au volant.

Rappelons que parler au téléphone multiplie par quatre les risques d’accident et c’est encore pire lorsqu’on texte, puisqu’il faut quitter la route des yeux.

Mauvais choix

Chez les moins de 25 ans, un texto au volant vaudra 4 points, entraînant la suspension du permis probatoire pour une période minimale de 3 mois, en plus de l’amende de 120 $ déjà prévue.

Les cégépiens rencontrés sont unanimes à affirmer que la SAAQ se trompe de cible. Selon eux, il serait mieux de s’attaquer beaucoup plus fortement au portefeuille, mais de laisser une chance supplémentaire au conducteur pris en faute. Ils avancent que se véhiculer leur est essentiel pour se rendre à l’école et au travail.

Également, ces jeunes trouvent la situation discriminatoire, sachant que pour les 25 ans et plus, qui peuvent conserver leur permis jusqu’à concurrence de 15 points, ces nouvelles sanctions ne changeront pas grand-chose, tandis que le permis probatoire ne peut compter plus de 4 points.

Autres éléments

Jusqu’ici, la SAAQ a tenu plusieurs campagnes de sensibilisation qui semblent avoir eu un effet limité, puisque le nombre de constats d’infraction ne cesse d’augmenter. Il est passé de 11 600 il y a six ans, à 66 700 l’an dernier. Les policiers ont distribué autant de constats pour le premier quart de 2015 que dans toute l’année 2008.

La plupart des conducteurs semblent toutefois avoir compris que l’utilisation d’un téléphone au volant est un comportement dangereux, du moins en théorie. Pas moins de 99 % des répondants sont de cet avis, selon un sondage mené pour le compte de la SAAQ en novembre 2014. Les trois quarts d’entre eux croient la même chose pour une conversation téléphonique.

Opinions multiples

«C’est trop sévère. Avec toute la sensibilisation, le taux d’accident a même baissé. Tu peux perdre ton emploi si on te retire ton permis», Elias Dagher, 18 ans, et Kevin Borno, 17 ans.

«C’est un piège que de prendre l’habitude du cellulaire sur la route. Mais c’est exagéré quand on peut t’arrêter en train de vérifier tes messages à un feu rouge», Marc Lévesque et Cyril Routhier, 17 ans

«T’as besoin de rester concentrée sur la route. Un texto peut toujours attendre!» Sabrina Mailhot, 19 ans.

«On ne peut être contre cette loi. Il fallait mettre la barre quelque part. Ce n’est pas grave de ne pas répondre sur le champ. Tu peux toujours t’arrêter sur le côté plus loin», Mélanie Faucher, 19 ans.

«Quatre points d’inaptitude, c’est extrêmement sévère. Certaines situations peuvent porter à confusion comme de se servir de son téléphone comme GPS», Marie-Ève Gosselin, 25 ans.

«Notre génération est obsédée par les textos. N’empêche, ce serait mieux de payer une amende beaucoup plus salée et de perdre trois points. Tu fais très attention quand il ne t’en reste qu’un seul», Hatice Ilkinen, 22 ans.

«Pourquoi doit-on être plus pénalisés que les plus vieux? Ils utilisent leur cellulaire autant que nous!» Mandy Huet Côté, 20 ans

«C’est une bonne idée. Les jeunes vont tout faire pour ne pas perdre leur permis», Mathieu Goulet, 17 ans.

«C’est un geste super intelligent qui va inciter les gens à devenir plus conscient du danger pour la sécurité routière», Vincent Desjardins, 18 ans.

«Un seul moment d’inattention peut changer la vie de bien du monde», Alexandra Malenfant-Barbosa, 17 ans.

«Parfaitement d’accord! Je connais des amis qui se sont plantés à cause du cellulaire avec des conséquences qui auraient pu être beaucoup plus graves autant pour eux que les autres», Maxence Pépin, 17 ans.

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

555
Publicité

Populaires

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page