Connectez-vous à nous

Le recours au privé soulève l’ire des cols bleus

lidl opening times today

Actualités

Le recours au privé soulève l’ire des cols bleus

Massés devant les portes de l’hôtel de ville, les cols bleus de Laval se sont faits entendre à l’assemblée du conseil municipal du 5 novembre, manifestant bruyamment leur mécontentement face à la décision de la Ville de confier au secteur privé une partie de l’épandage d’abrasifs et de sel pour les trois prochains hivers.

C’est un contrat de quelque 830 000 $ octroyé le mois dernier à l’entreprise de déneigement Gilles Lavoie et Fils qui a mis le feu aux poudres.

«Historiquement, cette tâche a toujours été faite par les cols bleus, a lancé le président syndical, Louis-Pierre Plourde, en s’adressant aux élus en début d’assemblée. Vous nous avez atteints en plein cœur.»

Louis-Pierre Plourde, président du Syndicat des cols bleus de Laval. (Photo gracieuseté)

Dirigeant québécois du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ) auquel sont affilés les 750 travailleurs lavallois, Marc Ranger a laissé entendre que ce contrat de sous-traitance était contre-productif et allait à l’encontre de l’esprit de la dernière négociation [il y a deux ans, la convention collective des cols bleus a été renouvelée jusqu’au 31 décembre 2021] qui «donnait beaucoup de souplesse et de mobilité» pour faciliter le travail du Service des travaux publics.

Marc Ranger, drigeant québécois du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ) auquel sont affilés les 750 cols bleus lavallois. (Photo gracieuseté)

Le syndicaliste a enchaîné en demandant au maire Marc Demers de colmater cette brèche créée dans ce qui était jusque-là une chasse gardée, en annulant le contrat.

«Pensez-vous réellement qu’on va négocier une entente en pleine assemblée du conseil dans le brouhaha?» a répliqué son interlocuteur.

Pas question d’annuler

Hier en fin de journée, la porte-parole de la Ville, Anne-Marie Braconnier, affirmait au Courrier Laval qu’une annulation du contrat n’était pas envisagée.

Quant à savoir si l’administration entendait donner suite à la demande du Syndicat de créer un comité paritaire chargé de se pencher sur l’amélioration du service du déneigement et la question de la sous-traitance, elle s’est limitée à dire que «la Ville regardera toutes les options qui s’offrent à elle et qui pourront contribuer au final à une meilleure prestation de service pour les citoyens».

Par ailleurs, Mme Braconnier assure que le fait de recourir à la sous-traitance n’a rien à voir avec la qualité du travail effectué par les employés municipaux l’hiver dernier. «Il n’y a aucun lien», dit-elle, rappelant que les conditions climatiques extrêmes avaient sévi à la grandeur de la province.

À l’aveugle

Le soir de l’assemblée municipale, l’économiste au SCFP, Pierre-Guy Sylvestre, a reproché à l’administration Demers de gérer «à l’aveugle», affirmant que l’impartition d’une partie de l’épandage d’abrasifs à l’externe ne reposait sur aucune analyse coût-avantage, ce qui n’a pas été contredit par le maire.

À la question à savoir quelle économie la Municipalité prévoyait-elle réalisée en 2019-2020 par cette entente avec le privé, on répond que «ce n’est pas un objectif économique, mais bien un objectif d’assurer une meilleure prestation de service à nos citoyens, d’être plus efficace et agile dans nos manières de faire»

Commentaires

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page