Connectez-vous à nous

Laval en deuil de Bernard Landry

Actualités

Laval en deuil de Bernard Landry

L’ancien premier ministre du Parti québécois (PQ), décédé le 6 novembre à l’âge de 81 ans, a eu un impact sur Laval avec ses élections dans Fabre, Laval-des-Rapides et son rôle de ministre responsable de la région, rappelle le président du PQ de Laval, Michel Leduc.

«Ceux et celles qui l’ont connu durant ces années gardent en mémoire un homme attachant, près de la population, a-t-il mentionné via communiqué. Les plus jeunes vont très certainement se rappeler de ses nombreux passages à Laval, ses paroles bienveillantes à l’égard de tous les citoyens sans exception.»

Adressant ses condoléances à la famille du défunt, il a souligné la contribution du grand homme politique et son engagement dans «tous les combats qui engageaient le Québec sur la voie de la liberté.»

À noter que M. Leduc a pris le poste de député de Fabre laissé vacant par Bernard Landry, qui s’était présenté dans Laval-des-Rapides en 1981. Les deux ont donc fait partie de la même députation lavalloise.

Influence

En 1983, le maire Marc Demers, alors fraîchement intégré dans le Service de police de Laval, a reçu une lettre de félicitations de Bernard Landry, alors ministre du Développement économique et ministre responsable de la région de Laval sous René Lévesque.

«C’était un homme qui a inspiré de nombreuses générations à cause de ses fortes convictions», décrit le maire. Il a d’ailleurs gardé cette lettre à ce jour.

Il ajoute également être impressionné par l’ouverture et la générosité de l’ancien politicien, toujours à l’écoute des besoins de Laval.

«L’influence qu’il avait se faisait sentir. Il a eu son mot à dire sur la construction des métros dans la région.»

Monument

Dans le but d’inscrire à la mémoire collective lavalloise les accomplissements de l’ancien dirigeant, Michel Leduc a proposé au maire de désigner un lieu public en son nom.

La date suggérée: le 25 mai, Journée nationale des patriotes, officiellement reconnue par le politicien lors de son passage au pouvoir en 2002.

«Je suis ouvert à l’idée, a mentionné Marc Demers. J’en ai parlé à d’autres conseillers et tous ont reçu le projet favorablement. Ce qui est certain, c’est qu’un geste doit être posé pour garder bien vivant sa mémoire et personnalité.»

Les drapeaux de l’hôtel de ville sont mis en berne jusqu’au mercredi 14 novembre, jour des funérailles. Au conseil municipal du 6 novembre, une minute de silence a été observée en l’honneur de Bernard Landry.

Commentaires

Journaliste aux transports, à la santé et à la politique provinciale et fédérale, agohierdrolet@2m.media , 450-667-4360 poste : 3527

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page