Connectez-vous à nous
Jacques A. Ulysse occupe le poste de directeur général de la Ville depuis le 17 décembre 2018. (Photo 2M.Media – Archives)

Conseil municipal

La rémunération du DG de la Ville passe à 330 000 $

Le directeur général la Ville de Laval, Jacques A. Ulysse, touchera cette année un salaire de 319 777 $ pour une rémunération globale de plus de 330 000 $ en tenant compte des avantages sociaux.

Cela représente une augmentation annuelle de 37 481 $, dont quelque 27 000 $ versés en rémunération financière directe. Cette réévaluation de l’échelle salariale pour le plus haut poste de la fonction publique municipale est rétroactive au 1<+>er<+> janvier 2020 et s’appliquera jusqu’au 31 décembre 2023.

À l’instar du renouvellement des conditions de travail du personnel de direction à la Ville et du Programme de reconnaissance visant les cadres supérieurs, les nouvelles conditions d’emploi du directeur général ont divisé le conseil municipal lors de la séance d’ajournement du 7 juillet dernier.

Outre les élus du parti au pouvoir, seul le conseiller indépendant dans Marigot, Daniel Hébert, a voté en faveur, tous les autres s’étant prononcés contre.

Justification

«C’est notre chef d’orchestre de la symphonie qu’on veut faire à Laval, a imagé Ray Khalil, conseiller de Sainte-Dorothée et membre du comité exécutif. On veut un DG qui soit fort et compétent et dans les derniers deux trois ans, la marchandise a été livrée.» M. Khalil en a donné pour preuve «le dossier du stationnement alternatif et les subventions qu’on est allés chercher».

Son collègue et conseiller de Laval-les Îles, Nicholas Borne, a également défendu la proposition sur la table, plaidant «la reconnaissance». «Depuis sa nomination, notre DG a rempli ses fonctions. M. Ulysse a dépassé nos attentes. Le désir de se dépasser, c’est contagieux: les employés sont plus motivés, ils en donnent plus et les plus grands bénéficiaires sont les citoyens de Ville de Laval. Eh bien ce soir, on dit merci beaucoup à notre DG. On reconnaît son excellent travail et on lui demande de continuer.»

Quant au maire Marc Demers, il a d’abord souligné que le salaire du plus haut fonctionnaire de la Municipalité n’a pas été indexé depuis 2019 et que le recueil de ses conditions de travail est échu depuis le 31 décembre 2018.

Faisant valoir «une question d’équité et de gros bon sens», M. Demers a déclaré que Laval offrait à son directeur général un traitement «à la hauteur de [sa] performance et de la 3e ville du Québec». Puis, il a terminé ainsi: «Pour avoir négocié des conditions de travail longtemps, je pense que ce serait d’insulter M. Ulysse que de refuser cette proposition-là.» Les élus de l’opposition Michel Trottier, Claude Larochelle, Paolo Galati, David De Cotis, Aglaia Revelakis et Michel Poissant ont tous voté contre lors d’un vote favorable à 13 voix contre 6.

À l’emploi de la Ville depuis juin 2016, où il avait été engagé au poste de directeur général adjoint – Service de proximité, Jacques A. Ulysse est devenu le 6e directeur général de l’histoire de Laval le 17 décembre 2018 à la suite du départ de Serge Lamontagne.

Commentaires

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, sstamour@2m.media, 450-667-4360 poste : 3523

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page