Connectez-vous à nous

Joël Bouchard dirigera le Rocket de Laval

Rocket de Laval

Joël Bouchard dirigera le Rocket de Laval

Le directeur général du Canadien de Montréal, Marc Bergevin, a fait une apparition à la Place Bell, le 17 mai, afin d’annoncer la venue de Joël Bouchard en tant qu’entraîneur-chef du Rocket de Laval.

Commentaires

«Joël et moi avons joué ensemble à Pittsburgh (une demi-année), mais aujourd’hui, ce sont ses qualités et son énergie comme entraîneur qui nous amènent ici, a déclaré le DG de la Sainte Flanelle. Ses résultats parlent d’eux-mêmes. Il sait soutirer le meilleur de ses joueurs.»

L’ex-joueur et entraîneur originaire de Tétreaultville, à Montréal, quittera les fonctions d’entraîneur-chef et directeur général qu’il occupait depuis quatre des sept ans passés à l’Armada de Blainville-Boisbriand dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Il y a établi une fiche de 145 victoires et 99 défaites en 244 parties.

«C’est pas difficile d’être dans la gratitude, a commencé Joël Bouchard devant les représentants des médias. Je ne suis pas différent des autres Québecois qui ont encouragé le Canadien à travers les Coupes Stanley et défaites.  C’est le rêve de tout jeune hockeyeur de jouer ou diriger cette équipe un jour.»

Pas de directeur général

Quelques jours après avoir congédié Sylvain Lefebvre, le 17 avril, Marc Bergevin a contacté son prospect comme remplaçant pour finalement conclure les derniers détails d’une entente le 16 mai.

«J’ai suivi de près son cheminement en tant qu’entraîneur, de souligner le DG du Canadien. Auparavant, on s’était parlé plusieurs fois de joueurs et avions échangé sur ma vision du Rocket de Laval, mais Joël me disait toujours qu’il voulait terminer ce qu’il avait commencé avec l’Armada.»

Marc Bergevin a également confirmé que la direction générale du Rocket de Laval était retirée à Larry Carrière, un poste rare dans la Ligue américaine de hockey et qui avait été créé en raison du déménagement de Terre-Neuve à Laval. Ce dernier sera chargé d’évaluer le talent se trouvant dans la LAH et la Ligue de hockey de la Côte Est.

«À la base, je suis un gars de hockey, peu importe la position, a commenté Joël Bouchard. Pour moi, l’opportunité la plus enrichissante était celle de coach du Rocket de Laval. Je vais être sur le terrain et continuer à apprendre avec de jeunes joueurs sortis du junior et des vétérans professionnels. J’ai joué à tous les âges dans la LAH. Je ne vivrai pas dans la menterie et je vais être dur dans le respect pour faire d’eux des bonnes personnes et des vrais pros.»

Finalement, après avoir récemment nommé Dominique Ducharme au sein de l’équipe d’adjoints à l’entraîneur-chef Claude Julien, Marc Bergevin s’est félicité d’avoir mis la main sur les deux étoiles montantes du coaching québécois.

Début dans le junior

ncidemment, Joël Bouchard a débuté sa carrière d’entraîneur aux côtés de  Dominique Ducharme, en assistant Pascal Vincent à la barre du Junior de Montréal, de 2008 à 2011.

«Je me souviens que l’arrivée de Joël Bouchard avait eu un impact immédiat sur notre équipe, de mentionner Martin Routhier, président du Junior de Montréal, de 2008 à 2011, aujourd’hui copropriétaire du Courrier Laval. C’est un bon communicateur et un gagnant qui sait transmettre sa passion aux joueurs et son entourage. Je suis persuadé que le Rocket de Laval vient de faire toute une acquisition.»

«Joël et moi avons joué ensemble à Pittsburgh (une demi-année), mais aujourd’hui, ce sont ses qualités et son énergie comme entraîneur qui nous amènent ici, a déclaré le DG de la Sainte Flanelle. Ses résultats parlent d’eux-mêmes. Il sait soutirer le meilleur de ses joueurs.»

L’ex-joueur et entraîneur originaire de Tétreaultville, à Montréal, quittera les fonctions d’entraîneur-chef et directeur général qu’il occupait depuis quatre des sept ans passés à l’Armada de Blainville-Boisbriand dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Il y a établi une fiche de 145 victoires et 99 défaites en 244 parties.

«C’est pas difficile d’être dans la gratitude, a commencé Joël Bouchard devant les représentants des médias. Je ne suis pas différent des autres Québecois qui ont encouragé le Canadien à travers les Coupes Stanley et défaites.  C’est le rêve de tout jeune hockeyeur de jouer ou diriger cette équipe un jour.»

Pas de directeur général

Quelques jours après avoir congédié Sylvain Lefebvre, le 17 avril, Marc Bergevin a contacté son prospect comme remplaçant pour finalement conclure les derniers détails d’une entente le 16 mai.

«J’ai suivi de près son cheminement en tant qu’entraîneur, de souligner le DG du Canadien. Auparavant, on s’était parlé plusieurs fois de joueurs et avions échangé sur ma vision du Rocket de Laval, mais Joël me disait toujours qu’il voulait terminer ce qu’il avait commencé avec l’Armada.»

Marc Bergevin a également confirmé que la direction générale du Rocket de Laval était retirée à Larry Carrière, un poste rare dans la Ligue américaine de hockey et qui avait été créé en raison du déménagement de Terre-Neuve à Laval. Ce dernier sera chargé d’évaluer le talent se trouvant dans la LAH et la Ligue de hockey de la Côte Est.

«À la base, je suis un gars de hockey, peu importe la position, a commenté Joël Bouchard. Pour moi, l’opportunité la plus enrichissante était celle de coach du Rocket de Laval. Je vais être sur le terrain et continuer à apprendre avec de jeunes joueurs sortis du junior et des vétérans professionnels. J’ai joué à tous les âges dans la LAH. Je ne vivrai pas dans la menterie et je vais être dur dans le respect pour faire d’eux des bonnes personnes et des vrais pros.»

Finalement, après avoir récemment nommé Dominique Ducharme au sein de l’équipe d’adjoints à l’entraîneur-chef Claude Julien, Marc Bergevin s’est félicité d’avoir mis la main sur les deux étoiles montantes du coaching québécois.

Début dans le junior

ncidemment, Joël Bouchard a débuté sa carrière d’entraîneur aux côtés de  Dominique Ducharme, en assistant Pascal Vincent à la barre du Junior de Montréal, de 2008 à 2011.

«Je me souviens que l’arrivée de Joël Bouchard avait eu un impact immédiat sur notre équipe, de mentionner Martin Routhier, président du Junior de Montréal, de 2008 à 2011, aujourd’hui copropriétaire du Courrier Laval. C’est un bon communicateur et un gagnant qui sait transmettre sa passion aux joueurs et son entourage. Je suis persuadé que le Rocket de Laval vient de faire toute une acquisition.»

 

 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Rocket de Laval

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page