Connectez-vous à nous

Jean-François Lisée vient fouetter ses troupes

Actualités

Jean-François Lisée vient fouetter ses troupes

Le chef du Parti québécois est venu encourager quelque 150 militants réunis le 10 juin en assemblée générale, à Laval, faisant valoir en quoi sa formation est «la seule alternative crédible pour remplacer les libéraux usés par 15 ans de pouvoir».

Commentaires

Jean-François Lisée a exposé les raisons pour lesquelles son parti est le plus apte à gouverner le Québec au prochain mandat.

Sous un gouvernement péquiste, par exemple, les candidats à l’immigration seront prévenus avant leur arrivée qu’au-delà des compétences professionnelles requises, il faudra d’abord démontrer une connaissance du français.

M. Lisée dénonçait du coup la position de laisser-faire du gouvernement ainsi que celle de la Coalition Avenir Québec (CAQ), à qui il reproche notamment de vouloir imposer un test de français à tout nouvel arrivant trois ans après son installation au Québec.

Grand déblocage

En matière de transport, le chef péquiste est aussi revenu sur son projet de Grand déblocage qu’il oppose au Réseau express métropolitain (REM), lequel diminuerait «très peu le nombre de voitures» dans le réseau routier lavallois.

«Nous réduirions de 10 % le nombre de véhicules sur la route, a-t-il signifié. Nous proposons d’utiliser le terre-plein de l’autoroute 15 afin de favoriser les autobus rapides et le co-voiturage et l’accroissement du nombre de voies réservées aux autobus sur d’autres autoroutes.»

Éducation

M. Lisée a rappelé à ses militants qu’un gouvernement du Parti québécois continuerait d’investir en éducation pour augmenter les services, mais sans hausser le fardeau fiscal, attaquant au passage le «discours paradoxal» du PLQ et la CAQ qui veulent, dit-il, réduire les investissements tout en affirmant vouloir accroître le nombre d’élèves et de professeurs. (S.ST-A.)

Jean-François Lisée a exposé les raisons pour lesquelles son parti est le plus apte à gouverner le Québec au prochain mandat.

Sous un gouvernement péquiste, par exemple, les candidats à l’immigration seront prévenus avant leur arrivée qu’au-delà des compétences professionnelles requises, il faudra d’abord démontrer une connaissance du français.

M. Lisée dénonçait du coup la position de laisser-faire du gouvernement ainsi que celle de la Coalition Avenir Québec (CAQ), à qui il reproche notamment de vouloir imposer un test de français à tout nouvel arrivant trois ans après son installation au Québec.

Grand déblocage

En matière de transport, le chef péquiste est aussi revenu sur son projet de Grand déblocage qu’il oppose au Réseau express métropolitain (REM), lequel diminuerait «très peu le nombre de voitures» dans le réseau routier lavallois.

«Nous réduirions de 10 % le nombre de véhicules sur la route, a-t-il signifié. Nous proposons d’utiliser le terre-plein de l’autoroute 15 afin de favoriser les autobus rapides et le co-voiturage et l’accroissement du nombre de voies réservées aux autobus sur d’autres autoroutes.»

Éducation

M. Lisée a rappelé à ses militants qu’un gouvernement du Parti québécois continuerait d’investir en éducation pour augmenter les services, mais sans hausser le fardeau fiscal, attaquant au passage le «discours paradoxal» du PLQ et la CAQ qui veulent, dit-il, réduire les investissements tout en affirmant vouloir accroître le nombre d’élèves et de professeurs. (S.ST-A.)

 

 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page