Connectez-vous à nous

Quatorze plumes d’ici au service de l’amour

Culture

Quatorze plumes d’ici au service de l’amour

LITTÉRATURE. La populaire auteure lavalloise Claire Bergeron concrétise enfin l’un de ses rêves, soit de diriger un collectif d’écrivains s’exprimant sur l’amour à l’aide de nouvelles aux inspirations différentes et éclatées.

Commentaires

«J’ai cette idée depuis que je me suis retrouvée seule après une vie commune de 23 ans, raconte Claire Bergeron, l’auteure d’Une justice à la dérive et Les amants de Spirit Lake. Je venais de quitter l’Abitibi et m’installer dans Sainte-Rose en m’interrogeant sur ces gens qui se retrouvent seuls après une longue période sans célibat et cette envie de retrouver l’amour dans leur vie.»

La directrice de collection Anne-Marie Villeneuve, aux Éditions Druide, a accepté le projet avec enthousiasme, recrutant 14 plumes à travers le Québec.

«Pour des auteurs habitués à se retrouver longtemps seuls face à leur écran d’ordinateur, ç’a été un beau travail de collaboration qui a duré trois ans, de continuer Claire Bergeron. J’ai connu de très belles personnalités.»

Le recueil Aimer encore et toujours a été lancé le 14 septembre en présence de 150 personnes dans une librairie montréalaise.

Invités connus

Parmi les auteurs reconnus, Louise Portal, Francine Ruel et Martin Larocque retiennent d’abord l’attention.

Dans Roseline, Louise Portal met en scène une comédienne rebelle au vieillissement qui est toujours vêtue impeccablement parce que convaincue chaque jour que l’amour peut lui tomber dessus à tout moment.

Si l’humour de Martin Larocque fait des étincelles des plus contemporaines sur Ils ont fermé la page de mon site de rencontre, Francine Ruel lance un sérieux avertissement au début de Madame Paquette, madame Tremblay, déclarant que certaines scènes pourraient ne pas convenir à certains lecteurs.

Du côté de Georges Brossard que l’on connaît notamment pour ses ouvrages sur les insectes, il y a d’une réflexion sur comment les gens traitent ce sentiment en 2016 dans L’amour dérangé.

Trois Lavalloises

«Quand Claire (Bergeron) m’a parlé d’écrire sur l’amour sous toutes ses formes, le soir même j’écrivais Après tout pourquoi pas?, une histoire inspirée des confidences de résidents, un homme et une femme, rencontrés lors de mes visites à mon père qui a plus de 100 ans», confie Micheline Duff.

L’auteure a imaginé une amitié liant deux personnes âgées cachant leur relation devenant de plus en plus amoureuse au fil d’échange de livres et musiques, tous deux unis dans leur passion du chant.

«Pour ma part, je me suis souvenue d’un salon du livre où j’ai reçu une bouteille de champagne à ma chambre d’hôtel et dont j’ignore encore le donateur aujourd’hui, de relater Claire Bergeron. J’ai voulu parler des hasards de la vie.»

Une troisième Lavalloise a ajouté son grain de sel au collectif. Venue de France et installée sur l’île Jésus depuis quelques années, Cynthia Sardou, la fille du célèbre chanteur de l’Hexagone, met son talent d’écriture au service d’une femme de carrière désabusée. Dans L’ultime seconde, un lancement littéraire pourrait bien donner un nouveau tournant à sa vie personnelle trop souvent négligée.

Notons que Lucie Pagé, Normand de Bellefeuille, Sophie Bérubé, Jacques Hébert, Danielle Goyette, Ginette Durand-Brault et Jean-François Beauchemin complètent la cohorte d’écrivains ayant participé à ce recueil.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page