Connectez-vous à nous

Premier Aramis pour le Centre équestre des Mille-Îles

lidl opening times today

Sports

Premier Aramis pour le Centre équestre des Mille-Îles

À l’aube de la 30e Classique des Mille-Îles tenue annuellement au mois d’août, les deux sœurs Lapointe, propriétaires du Centre équestre des Mille-Îles (CEMI), ont décroché le titre de Compétition régionale de l’année pour son édition 2018 lors de la Soirée des Aramis, organisée par Cheval Québec.

Cet événement, qui suit le concours des Mille-Îles et concours estival des Mille-Îles, organisés respectivement en juin et juillet par le CEMI, offre une programmation en chasse, saut d’obstacles et équitation, en plus d’accueillir environ une centaine de cavaliers.

«Je suis vraiment fière qu’après 30 ans, notre travail soit reconnu», de mentionner Lynne Lapointe, l’une des sœurs et filles du fondateur du centre, Denis Lapointe.

«Nous avons la chance de compter sur une merveilleuse équipe avec une très belle passion», ajoute-t-elle.

À l’heure actuelle, il est impossible de savoir ce que la famille Lapointe prépare pour fêter les 30 ans de la compétition, «préférant garder la surprise».

Compétition non prévue

Avant de lancer la première Classique Mille-Îles, en 1989, le centre organisait cinq concours-écoles du mois de mai à septembre. Entre 100 et 150 cavaliers provenant de l’école de formation y participaient.

«La région nous a contactées, parce qu’elle manquait de terrains», précise Lynne Lapointe.

Les prix Aramis sont nommés en l’honneur du cheval qui, en 1984, a permis à Mario Deslauriers de remporter la Finale de la Coupe du Monde. (Photo gracieuseté)

C’est à ce moment que l’idée de faire trois concours se concluant avec la Classique est apparue. «Mon mari de l’époque a décidé d’en organiser un, pareil pour mon frère et moi-même», explique l’aînée de la famille.

Les événements se sont développés au fil des ans avec l’amélioration des terrains dédiés à la compétition. «On s’est perfectionné en précisant le fonctionnement du concours, ajoute-t-elle. On a aussi construit plusieurs nouveaux obstacles.»

Lors du passage du Courrier Laval au CEMI, à la mi-juin, de nouvelles installations étaient justement en préparation en vue des trois concours.

«[Le concours des Mille-Îles] fut un grand succès, malgré la pluie, de mentionner Lynne Lapointe au sujet de sa compétition tenue à la fin juin. Il y a eu 113 cavaliers, ce qui me [laisse penser] que je peux m’attendre à environ 125 participants pour le mois d’août», ajoute-t-elle.

Ces 3 événements permettent aux cavaliers de cumuler des points pour les prix de fin d’année de l’association régionale, mais aussi pour se qualifier et accéder aux Jeux équestres du Québec Caballista, à Bécancour, qui regroupent 9 régions et près de 350 participants.


Cette récompense cache plus 40 ans d’histoire, alors que Denis Lapointe, le père des deux soeurs, a fondé le Centre équestre Mille-Îles en 1977, avec l’unique but d’élever ses enfants en campagne. Pour en connaître davantage sur l’historique de ce centre, cliquez ici.

Commentaires

Journaliste aux sports et à la technologie, nstgermain@2m.media , 450-667-4360 poste : 3530

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Sports

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page