Connectez-vous à nous

Kulsum Tai parmi l’élite scientifique aux secondaire et collégial

Actualités

Kulsum Tai parmi l’élite scientifique aux secondaire et collégial

ÉDUCATION. Kulsum Tai, de Chomedey, a atteint un autre niveau en science. Elle sera la seule représentante lavalloise à se mesurer à l’élite scientifique aux secondaire et collégial à la finale régionale du concours Sanofi Biogenius Canada, le 4 avril, à Montréal.

Commentaires

Étudiante en deuxième année au Collège Vanier, la jeune femme de 19 ans présentera un travail de recherche sur la biotechnologie, notamment les molécules chaperonnes.

Kulsum a décidé de travailler sur ce projet pour tenter de connaître la cause de la maladie d’Alzheimer, dont sa grand-mère Sabira souffre. «C’est important que l’on fasse des recherches pour trouver quelque chose pour guérir cette terrible maladie», mentionne-t-elle.

De nombreuses maladies, les amyloses, l’Alzheimer, le Parkinson, ou encore le diabète de type 2 sont liées à un défaut dans le repliement des protéines cellulaire ou encore à leur agrégation.

«Les protéines chaperonnes aident au repliement moléculaire correct d’autres protéines, ce qui permet d’éviter la formation d’agrégats protéiques, précise la jeune femme. Ces agrégats, dus à des interactions hydrophobes, peuvent être accentués par le stress, notamment la haute température.»

Encadrement

Ce concours jumelle des jeunes scientifiques exceptionnels à des mentors pour concevoir de véritables projets de recherche en laboratoire. Les participants ont engendré plusieurs percées scientifiques prometteuses au fil des ans.

Kulsum Tai a apprécié l’ambiance de défi intellectuel et académique, mais surtout les judicieux conseils du Dr Jason Young, chercheur à l’Université McGill. «J’ai adoré travailler dans un vrai laboratoire avec des experts», termine-t-elle.

Finale nationale

Kulsum ne sait pas si elle gagnera le concours. Toutefois, elle aimerait bien impressionner les juges au concours régional afin de représenter le Québec à la finale nationale 2018 qui se tiendra à Toronto, du 7 au 9 mai. 

Étudiante en deuxième année au Collège Vanier, la jeune femme de 19 ans présentera un travail de recherche sur la biotechnologie, notamment les molécules chaperonnes.

Kulsum a décidé de travailler sur ce projet pour tenter de connaître la cause de la maladie d’Alzheimer, dont sa grand-mère Sabira souffre. «C’est important que l’on fasse des recherches pour trouver quelque chose pour guérir cette terrible maladie», mentionne-t-elle.

De nombreuses maladies, les amyloses, l’Alzheimer, le Parkinson, ou encore le diabète de type 2 sont liées à un défaut dans le repliement des protéines cellulaire ou encore à leur agrégation.

«Les protéines chaperonnes aident au repliement moléculaire correct d’autres protéines, ce qui permet d’éviter la formation d’agrégats protéiques, précise la jeune femme. Ces agrégats, dus à des interactions hydrophobes, peuvent être accentués par le stress, notamment la haute température.»

Encadrement

Ce concours jumelle des jeunes scientifiques exceptionnels à des mentors pour concevoir de véritables projets de recherche en laboratoire. Les participants ont engendré plusieurs percées scientifiques prometteuses au fil des ans.

Kulsum Tai a apprécié l’ambiance de défi intellectuel et académique, mais surtout les judicieux conseils du Dr Jason Young, chercheur à l’Université McGill. «J’ai adoré travailler dans un vrai laboratoire avec des experts», termine-t-elle.

Finale nationale

Kulsum ne sait pas si elle gagnera le concours. Toutefois, elle aimerait bien impressionner les juges au concours régional afin de représenter le Québec à la finale nationale 2018 qui se tiendra à Toronto, du 7 au 9 mai. 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page