Connectez-vous à nous

Injection de 25 M$ dans une société du CQIB

lidl opening times today

Actualités

Injection de 25 M$ dans une société du CQIB

BIOTECHNOLOGIE. Incubée à Laval, la toute nouvelle biotech Fortuna Fix vient d’obtenir un financement de 25 M$ pour lancer les essais cliniques de phases I et IIa d’une technologie de cellules reprogrammables visant à traiter les patients atteints de maladies neurologiques, tels le Parkinson et l’Alzheimer.

Commentaires

L’annonce a été faite le 8 novembre par Fortuna Fix, une société dérivée de New World Laboratories (NWL), laquelle réside au Centre québécois d’innovation en biotechnologie (CQIB) depuis 2013.

Incidemment, c’est à l’intérieur de cet incubateur lavallois que NWL a développé une technologie de pointe permettant de jeter les bases d’une nouvelle société, qui veillera au bon déroulement des prochaines étapes en vue d’une éventuelle commercialisation.

Les essais cliniques à venir consistent à établir le profil d’efficacité et d’innocuité de cellules souches autologues neurales reprogrammées (drNPCs) pour la maladie de Parkinson et les lésions de la moelle épinière.

Cellules souches

«Nous sommes ravis d’accueillir Amgen Ventures [qui assure un soutien financier et stratégique] et nous remercions nos investisseurs [dont la société norvégienne Salamander Invest] pour leur appui, qui nous permettent d’avancer dans le développement clinique de nos thérapies cellulaires, a déclaré Jan-Eric Ahlfors, PDG de Fortuna Fix. Les cellules souches neurales produites par reprogrammation directe procurent une solution éthique aux patients souffrant de lésions cérébrales, de la moelle et de maladies neurodégénératives.»

Le grand patron de Fortuna Fix y voit «une opportunité exceptionnelle pour des patients qui sont présentement sans recours».

Régénérant le tissu neural, les drNPCs permettront aux patients d’être traités au moyen de leurs propres cellules souches neurales, ce qui les dispenserait d’immunosuppresseur.

«La technologie de reprogrammation directe développée par Fortuna n’a recours à aucun tissue fétal, embryonnaire ou autre processus posant des problèmes d’ordre éthique, précise la direction. Le processus de fabrication à haut débit des drNPCs autologues est entièrement automatisé et s’accomplit sans avoir recours à la manipulation génétique, sans composantes animales et sans devoir passer par le stade de pluripotence.»

Emplois

La start-up Fortuna Fix partage actuellement les locaux de New World Laboratories (NWL), qui emploie une dizaine de personnes au CQIB implanté au cœur de la Cité de la biotechnologie et de la santé humaine du Grand Montréal.

Évidemment que l’injection de 25 M$ dans Fortuna Fix se traduira par une création d’emplois, bien qu’il soit prématuré pour le moment de quantifier les postes à venir.

En plus de financer les opérations cliniques, ces sommes nouvellement dégagées permettront d’augmenter la capacité de fabrication robotisée liée à la production à haut débit de drNPCs.

L’annonce a été faite le 8 novembre par Fortuna Fix, une société dérivée de New World Laboratories (NWL), laquelle réside au Centre québécois d’innovation en biotechnologie (CQIB) depuis 2013.

Incidemment, c’est à l’intérieur de cet incubateur lavallois que NWL a développé une technologie de pointe permettant de jeter les bases d’une nouvelle société, qui veillera au bon déroulement des prochaines étapes en vue d’une éventuelle commercialisation.

Les essais cliniques à venir consistent à établir le profil d’efficacité et d’innocuité de cellules souches autologues neurales reprogrammées (drNPCs) pour la maladie de Parkinson et les lésions de la moelle épinière.

Cellules souches

«Nous sommes ravis d’accueillir Amgen Ventures [qui assure un soutien financier et stratégique] et nous remercions nos investisseurs [dont la société norvégienne Salamander Invest] pour leur appui, qui nous permettent d’avancer dans le développement clinique de nos thérapies cellulaires, a déclaré Jan-Eric Ahlfors, PDG de Fortuna Fix. Les cellules souches neurales produites par reprogrammation directe procurent une solution éthique aux patients souffrant de lésions cérébrales, de la moelle et de maladies neurodégénératives.»

Le grand patron de Fortuna Fix y voit «une opportunité exceptionnelle pour des patients qui sont présentement sans recours».

Régénérant le tissu neural, les drNPCs permettront aux patients d’être traités au moyen de leurs propres cellules souches neurales, ce qui les dispenserait d’immunosuppresseur.

«La technologie de reprogrammation directe développée par Fortuna n’a recours à aucun tissue fétal, embryonnaire ou autre processus posant des problèmes d’ordre éthique, précise la direction. Le processus de fabrication à haut débit des drNPCs autologues est entièrement automatisé et s’accomplit sans avoir recours à la manipulation génétique, sans composantes animales et sans devoir passer par le stade de pluripotence.»

Emplois

La start-up Fortuna Fix partage actuellement les locaux de New World Laboratories (NWL), qui emploie une dizaine de personnes au CQIB implanté au cœur de la Cité de la biotechnologie et de la santé humaine du Grand Montréal.

Évidemment que l’injection de 25 M$ dans Fortuna Fix se traduira par une création d’emplois, bien qu’il soit prématuré pour le moment de quantifier les postes à venir.

En plus de financer les opérations cliniques, ces sommes nouvellement dégagées permettront d’augmenter la capacité de fabrication robotisée liée à la production à haut débit de drNPCs.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page