Connectez-vous à nous

Employée de soutien à l’école Leblanc hospitalisée

Faits divers

Employée de soutien à l’école Leblanc hospitalisée

VIOLENCE. Un élève de la classe de soutien émotif (CSE) aurait mis une substance dans un liquide qu’une technicienne en éducation spécialisée aurait bu, le 14 septembre. Elle a dû être hospitalisée durant 48 heures.

Commentaires

La Police de Laval confirme avoir ouvert une enquête pour voies de fait. «Pour le moment, on ignore quel élève serait responsable. On ne sait pas non plus si c’est un voies de fait, car il n’y a pas eu de coups, d’agression physique», précise la sergente Geneviève Major, porte-parole.

«L’éducatrice aurait eu des sensations de brûlure à la bouche après avoir bu un liquide, précise l’agente aux Affaires publics, Évelyne Boudreau. Ce fameux liquide a été envoyé en expertise et nous aurons des réponses dans environ huit semaines. D’ici là, il y a une enquête.»

Pas de commentaire

Le directeur de l’école Leblanc, Jean-Sébastien Desrosiers, n’a pas voulu émettre de commentaires, référant plutôt le Courrier Laval au directeur des communications de la Commission scolaire de Laval (CSDL), Jean-Pierre Archambault. Ce dernier n’a pas retourné nos nombreux appels.

Même son de cloche de la part du Syndicat lavallois des employés de soutien. «L’enquête suit son cours. Cet incident n’est pas relié aux coupures en éducation. Certains font des raccourcis», admet le président, Yves Brouillette.La Police de Laval confirme avoir ouvert une enquête. «Pour le moment, on ignore quel élève serait responsable. On ne sait pas non plus si c’est pour voies de fait, car il n’y a pas eu de coups, d’agression physique», mentionne la sergente Geneviève Major, porte-parole.

«L’éducatrice se serait brûlée à la bouche après avoir bu un liquide. Ce fameux liquide a été envoyé en expertise», ajoute-t-elle.

Le directeur de l’école Leblanc, Jean-Sébastien Desrosiers, n’a pas voulu émettre de commentaires, référant plutôt le Courrier Laval au directeur des communications de la Commission scolaire de Laval (CSDL), Jean-Pierre Archambault.

Même son de cloche de la part du Syndicat lavallois des employés de soutien. «L’enquête suit son cours. Cet incident n’est pas relié aux coupures en éducation. Certains font des raccourcis», admet le président Yves Brouillette.

Pour sa part, la CSDL n’a pas retourné les nombreux appels.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Faits divers

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page