Connectez-vous à nous

COVID-19

Écoles lavalloises prêtes à relever le défi

Le Centre de services scolaire de Laval peaufine son plan pédagogique et met en place les nouvelles mesures de santé publique afin de faire de cette nouvelle année scolaire, une année sans COVID-19 dans les écoles lavalloises.

«À la fois, les enseignants sont super contents à l’idée de revoir les étudiants et reprendre la normalité, affirme Yves Michel Volcy, directeur du Centre de services scolaire. C’est un mélange de fébrilité et un peu d’incertitude pour tout le personnel.»

Le Centre de services scolaire assure qu’il y aura assez de matériel de protection pour tous les employés ainsi que du matériel de protection adapté pour les élèves avec des difficultés physiques.

Enseignement sur place

Presque la totalité des élèves lavallois reprendront leurs cours en classe sauf pour les élèves avec des conditions particulières de santé qui pourront recevoir un enseignement à distance. Également, des élèves du 4e et 5e secondaire devront alterner entre des cours présentielles et à distance.

«On essaye de trouver de l’espace pour que tous les élèves du secondaire puissent être à l’école à 100%, ajoute M. Volcy. On organise encore les horaires, mais il se peut qu’une partie des élèves restent à la maison certains jours par semaine. On va envoyer des travaux pratiques qu’ils pourront faire les jours où ils ne seront pas à l’école.»

Le Centre de services scolaires et le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de Laval travaillent conjointement pour réorganiser les écoles et éviter une propagation du coronavirus.

«Si jamais il y a une deuxième vague, on souhaite confiner une partie des étudiants et en laisser une autre à l’école, explique le directeur du Centre de services scolaire de Laval. L’idéal dans une telle situation serait de ne pas devoir fermer les portes des écoles, mais d’avoir un plan pour qu’une partie des étudiants reste avec nous.»

Soutien pédagogique

D’autre part, un plan d’intervention scolaire sera mis en place pour les élèves ayant pris du retard ou qui ont besoin d’être soutenus.

«Chaque école va trouver une stratégie selon sa culture pour ne laisser aucun élève en dehors de ce nouvel encadrement, déclare Yves Michel Volcy. La communication entre les parents et les enseignants va se maintenir. On est confiant parce qu’aucun élève n’a eu de promotion à rabais. Grâce aux camps pédagogiques qui ont eu lieu ce printemps, tout le monde a été soutenu pour reprendre le retard.»

Les écoles lavalloises vont dispenser certains cours d’arts et d’autres à option. Cependant, il va y avoir des horaires limités et certains cours ne pourront pas être suivis par respect des consignes de santé publique.

«Je veux rassurer les parents des enfants qui vont graduer l’année prochaine, continue M. Volcy. On donnera tous les cours préalables pour le cégep, même les cours à option. Les mathématiques, sciences enrichies, la chimie sont nécessaires pour réussir l’entrée des étudiants au collégial.»

Transport scolaire

À leur tour, les entreprises de transport scolaire devront assurer le nettoyage des autobus après chaque trajet et seront responsables d’accueillir les élèves dans les autobus.

«Les élèves vont devoir se laver les mains avec du savon avant de quitter la maison, précise M. Volcy. Il aura du gel désinfectant à l’entrée des autobus. Les horaires seront ajustés pour assurer le nettoyage et les élèves vont devoir s’asseoir toujours à la même place.»

Les conductrices et conducteurs de véhicules scolaires, représentés par la Fédération des employées et des employés de services publics (FEESP–CSN), ne sont pas entièrement d’accord avec les mesures annoncées par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. Ils aimeraient que les centres de services s’impliquent auprès du ministère pour faire entendre les propositions des transporteurs.

«Comme c’est le transporteur qui doit s’occuper du nettoyage et de l’accueil, on ne s’est pas encore réuni pour établir un plan final, mais il y aura toute une nouvelle logistique qui sera mise en place pour assurer la sécurité des enfants», conclut le directeur.

 

Commentaires

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page