Connectez-vous à nous

Drogue de synthèse: perquisition à Laval

Faits divers

Drogue de synthèse: perquisition à Laval

Le Service de police de la Ville de Montréal et la Sûreté du Québec s’affairent présentent au 4545 A-440, dans un entrepôt, dans le cadre d’une opération visant à démanteler un réseau de production de drogue.

Des effectifs policiers effectuent une perquisition sur le site d’Entrepôts Carex. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) n’a pas fourni de détails quant à cette opération en cours à Laval.

16 entrepôts

L’intervention s’insère dans les efforts déployés depuis le mercredi 8 février dans la Couronne-Nord. Depuis 48 heures, on a découvert un laboratoire et effectué des perquisitions dans 16 entrepôts, 7 résidences et 6 véhicules.

«Il y a plusieurs entrepôts qui ont été perquisitionnés au cours des derniers jours. Puisqu’il s’agit de produits chimiques, il faut prendre des précautions, ça prend du temps», a mentionné l’agent Mélanie Martineau, porte-parole du SPVM.

Organisations criminelles

Le 8 février, la Division du crime organisé du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) annonçait qu’elle procédait à une opération d’envergure visant le démantèlement d’un réseau de production de drogue de synthèse, lié à des organisations criminelles. Dans ce dossier, une enquête a débuté il y a quatre mois. Des policiers ont obtenu des informations au sujet de la présence d’un laboratoire clandestin de fabrication de drogue dans la banlieue nord de Montréal, entre autres dans la municipalité de Sainte-Sophie. La production était écoulée sur le territoire de Montréal et les environs. Les perquisitions dans les entrepôts permettent de démanteler la chaîne de production en entier ainsi que tous les éléments nécessaires à la fabrication de drogues de synthèse comme l’amphétamine et la méthamphétamine sous forme de comprimés.

Arrestations

Six personnes ont été arrêtées. Elles devaient comparaître hier au palais de justice de Saint-Jérôme et faire face à des accusations de complot, possession dans le but d’en faire le trafic et production de substances. Le SPVM travaille en collaboration avec la Sûreté du Québec et Santé Canada, dans ce dossier.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Faits divers

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page