Connectez-vous à nous
femmes

Actualités

Judith Bougie: fonceuse naturelle

Depuis quelques années, les femmes entrepreneures sont de plus en plus nombreuses au Québec. Pour souligner la Journée internationale des femmes, Courrier Laval met en lumière les parcours opposés, mais exceptionnels de deux femmes lavalloises en affaires.

L’audioprothésiste de profession et propriétaire de sa propre clinique depuis 35 ans, Judith Bougie a bâti son entreprise à une époque où le monde de l’entrepreneuriat était encore généralement masculin.

Originaire de Valleyfield, cette femme d’expérience a ouvert les portes de sa clinique de prothèses auditives en 1985.

Aujourd’hui, elle emploie 12 personnes. Sa clinique est 10 fois plus grande que celle d’origine.

Judith Bougie avoue que sa détermination et capacité d’aller de l’avant l’ont aidée à se démarquer et construire une clientèle à travers les années.

Les débuts

Animée par son instinct entrepreneur, Judith Bougie a décidé d’ouvrir sa clinique d’audioprothèses alors qu’elle venait tout juste d’obtenir son diplôme.

«À la fin de mon parcours scolaire, j’ai travaillé pour quelqu’un d’autre, explique celle qui réside à Sainte-Rose. J’ai réalisé rapidement que je voulais travailler d’une manière différente. Je voulais offrir des services personnalisés et adaptés pour chaque client.»

Judith a fait partie de la première cohorte du programme d’audioprothésistes du Collège Rosemont, le premier cours de trois ans du genre en Amérique du Nord.

«Pour ouvrir ma première clinique, j’ai dû demander un prêt pour acheter les premiers équipements, raconte-t-elle. Je n’ai pas fait beaucoup d’argent au début. À l’époque, j’étais aussi enseignante de patinage artistique professionnelle. J’ai été capable de continuer à travailler à la clinique sans un vrai salaire pendant deux ans grâce au patinage.»

Saisir les bonnes occasions

Cette femme d’affaires attribue son succès à sa capacité de rester toujours à l’affût des tendances et nouvelles technologies.

«J’assiste régulièrement à de nouvelles formations pour être à jour dans mes techniques, affirme-t-elle. Je travaille avec différents fournisseurs et les meilleurs appareils. Surtout, je m’occupe à 100% de la prise en charge globale du patient.»

La clinique auditive Bougie est déménagée au début des années 1990 sur le boulevard Le carrefour, dans Chomedey.

«J’ai saisi cette opportunité parce que c’était une nouvelle clinique médicale vraiment bien située, explique cette femme dans la cinquantaine. Je n’ai jamais eu peur de foncer et d’investir quand il s’agissait de faire grandir mon entreprise.»

Selon le portrait global de l’entrepreneuriat féminin, si les femmes s’y consacraient autant que les hommes, le taux total d’entrepreneures au Québec augmenterait de 33%.

«Pour moi, il a toujours fallu être très organisée et efficace parce que j’étais en même temps une mère de famille, commente-t-elle. Je devais souvent m’occuper de mes enfants et être aussi disponible pour le travail.»

 

Commentaires

1 commentaire

1 commentaire

  1. Marie-Paule Martel

    20 mars 2020 à 8 h 36 min

    Je félicite Madame Bougie pour sa détermination et son savoir faire étant moi même clientèle je peux affirmer que dès notre arrivée nous sommes pris en charge et le service est plus que personnaliser.
    Les spécialistes sont compétents et offre un service exemplaire.
    Une entreprise au féminin qui mérite tout notre admiration.

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page