Connectez-vous à nous

Cotes de crues: la décision est tombée

Actualités

Cotes de crues: la décision est tombée

ENVIRONNEMENT. Au moment de mettre en ligne, lundi après-midi, Ville de Laval ignorait toujours la décision ministérielle d’avaliser ou pas les nouvelles cotes d’inondation et dispositions prévues à sa réglementation municipale en zone de grand courant, adoptées le 18 décembre.

Commentaires

Pourtant, théoriquement, le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques (MDDELCC), David Heurtel, avait jusqu’au dimanche 29 mars pour se prononcer sur les modifications apportées au décret, imposé par Québec à l’été 2013.

La date butoir fixée au 29 mars correspond à l’émission de l’avis gouvernemental, nuançait, vendredi dernier, la porte-parole de la Ville, Valérie Sauvé, pour expliquer un possible délai quant à la réception de l’avis.

Rappel des faits

Adoptés par le conseil municipal réuni en assemblée extraordinaire, une semaine avant Noël, les Règlements municipaux ont été transmis simultanément à Québec et à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), le 27 janvier.

Dès le lendemain s’enclenchait le compte à rebours de 60 jours, en vertu du délai consenti au ministre pour statuer sur la recevabilité des nouvelles règles.

Nouvelle réglementation

Rappelons que la cartographie révisée, si elle reçoit l’aval du ministre, permettrait à environ 600 résidences situées à l’ouest de l’autoroute 13 de sortir de la zone inondable à récurrence 0-20 ans. Elles regagneraient ainsi la zone centenaire à laquelle elles appartenaient jusqu’à ce que Québec redéfinisse de façon unilatérale les cartes de crues, en 2013.

Par contre, malgré des assouplissements aux interdictions décrétées il y a bientôt 2 ans, les propriétaires de quelque 400 résidences demeurant dans la zone vingtenaire seraient toujours privés de certains droits, dont ils jouissaient jusqu’au fameux décret.

La nouvelle réglementation leur interdit, entre autres, d’agrandir leur domicile, d’ajouter un garage et, dans le cas d’un terrain vacant entre deux maisons, d’y construire une nouvelle résidence, déplore le Comité des citoyens de Laval-Ouest (CCLO), qui poursuit ses revendications auprès de la Ville et du gouvernement Couillard.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page