Connectez-vous à nous
Tortue

Environnement

91 espèces menacées sur la rivière des Mille Îles

Grâce aux nombreux projets de restauration et récupération d’habitats naturels sur la rivière des Mille Îles, les 55 animaux et les 36 plantes en voie d’extinction pourraient bénéficier d’une amélioration de leur qualité de vie et éviter ainsi la disparition.

Présentement, l’organisme lavallois Éco-Nature mène plusieurs projets de restauration et protection avec les municipalités se situant aux abords de la rivière pour assurer la préservation de ces 91 espèces menacées.

«Ça fait 20 ans qu’on travaille pour avoir un registre détaillé des espèces, mais il y en a encore certaines qu’on n’a pas réussi à répertorier parce que la rivière compte 42 kilomètres d’est en ouest, avec une très grande diversité d’habitats», explique Francis Allaire, biologiste et chargé de projet chez Éco-Nature.

Assurer une bonne qualité de l’eau et diminution des gaz à effet de serre (GES) dans ces écosystèmes serait bénéfique pour ces espèces en péril en milieu urbain.

«On travaille à restaurer les habitats naturels des animaux qui se sont détériorés par la présence humaine, continue-t-il. On enlève des plantes envahissantes ainsi que le béton pour ensuite végétaliser et récréer l’habitat à l’aide des poissons et conifères.»

Rivière de Mille îles

Causes de la dégradation

À l’heure actuelle, les principaux facteurs de dégradation de l’habitat sont les constructions en bordure de l’eau, l’artificialisation des rives, le déboisement et l’entretien excessif de la végétation riveraine.

Depuis 1980, le paysage de la rivière des Mille Îles a été considérablement façonné par l’activité humaine. Les rives et le littoral ont été fortement altérés par le développement urbain.

Cependant, la prise conscience et responsabilisation des communautés riveraines a contribué à une amélioration dans la qualité de l’eau.

Rivière de Mille îles

Tortue en péril d’extension en milieu urbain. (Photo gracieuseté – Francis Allaire)

«Aujourd’hui, pendant les saisons estivales, il est possible de se baigner sur plusieurs portions de la rivière à Laval, affirme Francis Allaire. On sensibilise la population qui habite dans le coin pour leur montrer la diversité d’animaux qui habitent la rive. Depuis les années 1970, la qualité de l’eau s’est améliorée parce que les gens jettent moins de déchets dans la rivière.»

Berge aux Goélands

Un projet de récupération de la berge aux Goélands, réalisé conjointement par Éco-Nature et la Ville de Laval, vient d’être terminé.

Le projet cible un secteur, à la hauteur de la rue Riviera près de la 43e Avenue, dans Laval-Ouest.  L’absence de végétation causait des décrochements de berge, de l’érosion et une réduction des propriétés environnementales de la rive.

«Le secteur de Laval-Ouest où se situe le projet a été particulièrement touché par les inondations du printemps 2017, raconte Francis Allaire. L’augmentation des superficies naturelles et perméables en bordure de la rivière contribue à atténuer l’impact des crues.»

Cette portion du site est devenue profitable pour la faune terrestre et aquatique qui dépendent de cet habitat tel que la tortue géographique et tortue serpentine, deux espèces désignées en péril par le gouvernement du Canada.

Observation de tortues

Grâce à la collaboration des citoyens, le Réseau d’observation des tortues est devenu indispensable pour améliorer le sort de ces reptiles gîtant dans la rivière des Mille Îles.

Le Réseau d’observation a été officiellement créé en décembre 2010, même si depuis 2006, les citoyens signalaient à Éco-Nature les différents sites de ponte des œufs.

«Les informations reçues par les citoyens nous permettent d’aménager des sites de ponte avec des propriétaires privés, accroître la vigilance des automobilistes et protéger des nids de tortues contre les prédateurs», poursuit le biologiste.

Également, Éco-nature s’occupe du centre de réhabilitation des tortues où chaque année, ils prennent en charge les tortues blessées, frappées par des voitures ou prises en captivité illégale.

Rivière de Mille îles

(Photo gracieuseté – Francis Allaire)

«Pendant le confinement dû à la COVID-19, un membre de l’équipe se rend sur place chaque jour pour prendre soin des tortues, ajoute M. Allaire. On va continuer de s’occuper d’elles avant que la température soit favorable pour les relâcher après avoir eu l’aval de vétérinaires. Surtout, pour celles qui ont une fracture de carapace. On continue aussi la vigilance avec les citoyens parce que les tortues vont bientôt commencer à sortir de leur hibernation. En ce moment, c’est plus difficile de faire le suivi, mais on continue à travailler fort pour développer d’autres projets.»

 

Commentaires

2 Commentaires

2 Comments

  1. dianerouleau

    23 avril 2020 à 14 h 43 min

    Il faut dire un grand merci au gens qui ont creusé la rivière des Mille-Iles près du pont de Saint Eustache et par le fait même changer le débit de la rivière en aval.
    Tout en laissant tout l’équipement dans le fond de la rivière afin que les Monsieur à Ponton puissent profiter de leur sport favori qui est de se promener sur la rivière l’été.
    Merci aussi à Rosemère pour avoir étendu le parc Charbonneau privant le Martin pêcheur , les sarcelles à ailes bleues, le butor d’Amérique et le bihoreau gris de nicher.
    Sans compter tous les amphibiens, la faune et la flore. Permettant à ceux qui se promènent sur la rivière d’écouter leur musique dans de gros hauts parleurs directement sur la rivière.

  2. Mariep

    3 juillet 2020 à 15 h 58 min

    Je fais partie de l’ensemble des citoyens qui sont conscientisés et prèoccupés par la conservation, la préservation et l’amélioration de des habitats naturels pour la faune, la flore et de ses endroits natures que l’on peut grandement apprécié. Ils se font de plus en plus rares. On peut bien sortir en grande ville où tournoie pollution, brouhaha le moment d’une activité peut-être; sauf que Voilà pourquoi j’ai emménagé ici à Laval c’est pour cette Richesse Naturelle de Laval qui en fait une ville privilégiée où il fait bon vivre au quotidien dans cette nature qui ne devrait pas rester précaire.

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page