Connectez-vous à nous
Le vert du trou no 6 du parcours du Club de golf Le Cardinal. (Photo gracieuseté)

Immobilier

Vaste projet immobilier au Club de golf Le Cardinal

Vendu en 2017, le terrain qui abritait le parcours exécutif (par 3) et le champ de pratique du Club de golf Le Cardinal, dans Sainte-Dorothée, sera bientôt en chantier.

Les travaux d’infrastructures municipales devant accueillir un projet immobilier de 700 résidences sont prévus à l’automne, indique le directeur général de ce club de golf public fondé en 1955, Marc-André Cardinal.

Le projet domiciliaire, qui se décline en deux phases dont la première prévoit 250 unités, longera à l’ouest le parcours régulier de 18 trous, situé à moins d’un kilomètre de la gare de Sainte-Dorothée et du futur Réseau express métropolitain (REM).

Malgré l’usage que l’exploitant en a toujours fait, les 2,5 millions de pieds carrés visés par le développement étaient «zonés blanc», souligne le petit-fils de Maurice Cardinal, fondateur et architecte du 18 trous bordant l’avenue des Bois.

«Si on n’avait pas vendu une partie du terrain, on aurait été aussi bien de fermer», reconnaît Marc-André Cardinal. Il en veut pour preuve des pertes annuelles de 400 000 $ avant la pandémie.

Bien que les propriétaires de terrains de golf profitent d’une embellie depuis la pandémie, tous reconnaissent que la rentabilité n’est plus au rendez-vous.

Appelé à disparaître

Sur le site du promoteur, on qualifie le développement comme «l’un des plus grands projets résidentiels de tout Laval» avec «un potentiel s’élevant à terme jusqu’à 2000 unités».

De fait, selon l’acte de vente conclu en 2017, l’acheteur dispose d’une option d’achat sur les quatre millions de pieds carrés restants, occupés par le 18 trou du golf Le Cardinal.

Toutefois, le temps venu, le promoteur devra obtenir au préalable un changement de zonage puisque le zonage PA (public et semi-public) actuellement en vigueur n’autorise par le développement résidentiel. Cela dit, les usages permis, notamment le récréatif commercial et les résidences pour personnes âgées, présentent un indice de hauteur propre au centre-ville.

UFO

Voisin du club de golf Le Cardinal, situé au nord du chemin Saint-Antoine, le club de golf UFO, qui offre pas moins de quatre parcours totalisant 45 trous, n’est pas à vendre, affirme Normand St-Germain, copropriétaire depuis l’ouverture en 1971.

«Je vais mourir ici, lance l’homme de 85 ans. Après ma mort, mes enfants décideront.»

S’il n’est plus à vendre, il l’a déjà été. Pas plus tard qu’en 2012.

«J’avais l’acheteur. Tout était prêt», soutient M. St-Germain, qui possède le terrain avec son frère. C’était juste avant la chute du maire Gilles Vaillancourt, après quoi l’acheteur s’est désisté. L’offre d’achat se chiffrait à 60 M$. «Si monsieur Vaillancourt restait là, le UFO serait disparu», poursuit celui qui dit avoir refusé plus tôt cette année une offre d’achat de 80 M$ pour l’ensemble des lots qu’il possèdent entre les boulevards Dagenais et Saint-Antoine.

Il s’agit de 20 millions de pieds carrés qui seraient zonés moitié blanc, moitié vert, fait valoir M. St-Germain, démentant les données publiées en 2017 par l’Observatoire du Grand Montréal selon lesquelles 90 % de la superficie occupée par le golf UFO (10 millions de pi2) se trouveraient en zone agricole.

Saint-François

À l’autre extrémité de l’île Jésus, le Club de golf Saint-François, en activité depuis 1964, ne serait plus qu’un souvenir s’il n’était pas en zone agricole.

«Si j’étais zoné blanc, ça ferait longtemps que le golf serait vendu. C’est sûr qu’il n’y aurait plus de golf ici», mentionne d’entrée de jeu André Surprenant, propriétaire unique des deux parcours de 18 trous depuis bientôt 20 ans.

«Douze millions de pieds carrés, les promoteurs recherchent ça», indique-t-il, bien conscient que la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) est intransigeante en matière de dézonage.

Trois autres terrains

Les trois autres terrains de golf sur l’île sont situés dans le périmètre d’urbanisation. Il s’agit des clubs de golf privés Laval-sur-le-Lac et Islesmere ainsi que Ste-Rose, fondés respectivement en 1917, 1919 et 1996.

Selon les données de l’Observatoire du Grand Montréal, les 6 terrains de golf que compte Laval couvrent une superficie de 510 hectares, soit l’équivalant de 730 terrains de soccer de verdure, arbres matures, espaces boisés, étangs et milieux humides.

À lire également: On débattra de l’avenir des terrains de golf au conseil municipal

À lire également: Pour la conversion d’anciens golfs en parcs-nature

Commentaires

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, sstamour@2m.media, 450-667-4360 poste : 3523

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page