Connectez-vous à nous

Une vitrine web pour les commerçants de Sainte-Rose

lidl opening times today

Actualités

Une vitrine web pour les commerçants de Sainte-Rose

L’offre de service disponible à Sainte-Rose sera bientôt réunie sous une même adresse puisque l’Association des commerçants et gens d’affaires de Ste-Rose (ACGAS) réalisera une plateforme web d’ici cet automne. Un projet rendu possible grâce au soutien de la députée Suzanne Proulx qui dégage un budget de 10 000 $.

Commentaires

«Quand nous achetons ici, nous faisons travailler des gens de Sainte-Rose, nous favorisons l’économie locale et nous protégeons l’environnement», a-t-elle fait valoir par voie de communiqué. Si la députée du comté demeure l’instigatrice du projet, l’initiative regroupe des partenaires d’envergure, dont la Chambre de commerce et d’industrie et Détail-Québec, ce qui réjouit Maxime Tessier, président de l’ACGAS.

«C’est un premier pas en avant et d’avoir des partenaires aidera à rendre le projet plus visible», croit-il.

Répertoire

Le site, qui aura pour vocation de répertorier la plupart des 800 commerces, restaurants et entreprises du quartier, permettra à la clientèle d’avoir un aperçu des services.

«Aujourd’hui, pour trouver un commerçant, il y a le bottin ou Internet et tous n’ont pas de site, explique Maxime Tessier, également directeur à la Banque Nationale, située sur le boulevard Sainte-Rose. On va travailler avec un partenaire pour construire le site, faire peut-être une fiche avec la description des produits du commerçant et rediriger [le public] vers son site, s’ils en ont un.»

L’Association espère mettre le tout en ligne d’ici cet automne, mais ne s’est pas encore fixée d’objectif quant au nombre de commerces répertoriés.

Créativité

Si une telle initiative est née, c’est aussi parce que la réalité des commerces de proximité est un défi perpétuel.

«C’est sûr qu’avec Internet, c’est plus difficile. Il faut davantage fidéliser la clientèle, être plus créatif. Ce n’est pas nécessairement facile pour les commerçants et pas juste à Sainte-Rose, explique M. Tessier. Les grands supercentres et les grandes enseignes qui élargissent leur offre de service ont aussi un grand impact.»

Créer un magasinage différent et une proximité, voilà ce qui, selon lui, fera perdurer l’industrie locale. «On parle souvent d’achat local pour le Québec, mais pas local pour une ville ou un quartier», conclut-il.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page