Connectez-vous à nous

Une mine d’or pour le remorquage…

Actualités

Une mine d’or pour le remorquage…

«Remorquage à vos frais.» Le message a beau être répété sur une série de panneaux, des dizaines de personnes se font prendre chaque jour, dans le stationnement face au centre de liquidation Brault et Martineau, sur le boulevard des Laurentides.

Commentaires

Ils garent leur voiture là et traversent le boulevard Saint-Martin, vers le complexe d’édifices Place Laval. Ils vont au Centre local d’emploi (CLE), à Revenu Québec, à Passeport Canada… Lorsqu’ils reviennent au stationnement, leur véhicule a disparu.

Deux en cinq minutes

«Il y en a qui nous voient en train d’en faire une et qui stationnent quand même», s’étonne un remorqueur, avant de rejoindre son collègue dans le camion de la compagnie Remorquage québécois à vos frais, auquel est attachée une Ford Focus rouge.

C’était mardi matin. Quelques minutes de plus sur place ont suffi pour recueillir à chaud les impressions de deux automobilistes retrouvant leur case de stationnement vide. «J’étais au CLE, dit une jeune femme. J’ai pas vu la pancarte.»

Un jeune Moldave accompagné de sa conjointe enceinte a subi le même sort, quelques instants plus tard. La Ford Focus est à lui. «Ce n’est pas normal, j’ai été parti cinq minutes. Je viens d’arriver au Québec, il y a un mois», dit Sergueï, avec un geste d’impuissance.

Une centaine chaque jour

«Les gens ne savent pas lire», conclut Denis, un répartiteur de la fourrière régionale de Remorquage québécois à vos frais, qui a préféré taire son nom de famille.

C’est là, derrière le complexe Place Laval, au 18, rue de Cassis, que se retrouvent les très nombreux véhicules remorqués au stationnement commercial à l’angle des boulevards Saint-Martin et des Laurentides. «On en remorque 25 à 30 par jour. Les autres, on n’a pas le temps de les faire. Il y en a une centaine par jour». De l’aveu même de Denis, ce centre commercial est, pour l’entreprise de remorquage, une «vache à lait».

107,29 $

Au minuscule bureau du 18, de Cassis, qui accueille également les véhicules des clients de Montréal, de la Rive-Sud et de la Rive-Nord, le téléphone sonne sans arrêt. Les propriétaires de voiture se succèdent derrière la vitre de la guérite.

«Bonjour, quel sorte de véhicule? Avec les taxes, c’est 107,29 $.» Parmi ceux qui viennent régler leur dû, il y a Sergueï. Denis répond sur un ton neutre au jeune Moldave qui exprime sa mauvaise humeur.

Le détail de la facture de Serguei et des autres: 85 $ de frais de remorquage, plus 10 $ de frais de fourrière, plus les taxes. On peut payer par crédit, débit ou en argent liquide. «On offre aussi d’envoyer une facture aux gens qui sont mal pris», ajoute Denis.

La procédure de remorquage est par ailleurs détaillée sur le site remorquagequebecois.com. «Nos affiches et nos remorquages sont tout à fait légaux et réglementés», peut-on y lire. Vérification faite auprès du Service du greffe, il n’existe pas de règlement régissant les stationnements privés, à Laval. Les propriétaires de centres commerciaux sont libres d’en réserver l’accès à leur clientèle et de mandater une entreprise de remorquage pour déloger les contrevenants. (Lire aussi le texte Harcèlement, menaces et intimidation).

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page