Connectez-vous à nous

Une erreur malheureuse et fatale

Actualités

Une erreur malheureuse et fatale

Le pharmacien Serge Dupras de la pharmacie Jean Coutu, située au 255, boulevard de la Concorde Ouest, a reçu une amende de 2500 $ du conseil de discipline de l’Ordre des pharmaciens du Québec.

Le pharmacien avait fait une erreur lors d’un renouvellement d’ordonnance, en mai 2009.

La patiente était venue à la pharmacie pour renouveler sa prescription de Vasotec, pour traiter l’hypertension artérielle et l’insuffisance cardiaque congestive.

Cette boîte de médicaments ne contenant que 28 comprimés, le pharmacien a voulu compléter la prescription pour un mois et a ajouté par mégarde deux comprimés d’un autre médicament, le Vaseretic.

La dame, qui a malheureusement consommé les pilules de Vaseretic immédiatement après, a éprouvé des difficultés respiratoires. Elle a ensuite perdu connaissance et est décédée à l’hôpital.

Prouver le lien d’imputabilité

Les deux médicaments ont les mêmes indications: traitement de l’hypertension artérielle et de l’insuffisance cardiaque. Le Vaseretic contient en plus un diurétique (l’hydrochlorothiazide) qui renforce son action.

«À moins d’une allergie au diurétique avec un œdème de Quincke (gonflement rapide de la peau et des muqueuses), qui provoque une détresse respiratoire, l’erreur ne peut pas expliquer le décès», explique un médecin généraliste.

«Le pharmacien a commis une erreur, mais seul le rapport d’expertise médicale décidera de sa responsabilité dans ce décès. C’est pourquoi l’amende de 2500 $ pénalise seulement l’erreur», poursuit-il.

Le 15 novembre, au début de son audition, le pharmacien a prononcé un plaidoyer de culpabilité. Le Conseil de discipline de l’Ordre des pharmaciens du Québec l’a reconnu coupable et lui a administré une amende de 2500 $, rappelant les conséquences sérieuses de la négligence.

Note à toutes les pharmacies

Le pharmacien se souvient d’avoir servi cette ordonnance. Lorsqu’il a appris le décès de la patiente, deux jours après le renouvellement de l’ordonnance, il a offert ses sympathies à son fils.

Selon le procureur du pharmacien, M. Dupras a été grandement affecté par cette affaire et regrette sincèrement les conséquences de sa négligence.

Le Groupe Jean Coutu a préparé une note à l’intention de toutes les pharmacies du groupe afin d’éviter qu’une telle erreur se reproduise.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page