Connectez-vous à nous

Une deuxième vie pour Éric Chandonnet

lidl opening times today

Actualités

Une deuxième vie pour Éric Chandonnet

Greffé d’un rein en 2013, le résident de Sainte-Rose Éric Chandonnet encourage les citoyens à consentir au don d’organes et en parler avec leurs proches.

«Quand le moment fatidique arrive, ça permet d’enlever toute hésitation, explique-t-il. Si un membre de la famille a signé sa carte et mentionné clairement son intention de donner, la famille accepte plus facilement le choix du défunt.»

Il existe trois façons de signifier son consentement au don d’organes. Une personne peut signer le formulaire de la Régie de l’assurance maladie du Québec ou l’autocollant à placer au dos de la carte d’assurance maladie, ainsi que s’inscrire au Registre des consentements au don d’organes et de tissus de la Chambre des notaires du Québec.

Dialyse

Le Lavallois a reçu le diagnostic d’une glomérulonéphrite, une maladie rénale dont la cause est souvent inconnue, en 2009, alors qu’il était à la dernière étape des tests de sélection pour la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Sa fonction urinaire avait alors une efficacité de 35 %. En 2010, il a refusé l’offre d’un rein par un ami de l’Association sportive Laval-Nord, où il exerce le rôle d’entraîneur de hockey.

«La dialyse péritonéale m’a permis de survivre, mais j’ai manqué d’énergie, d’appétit, raconte le père de deux enfants. Mes cinq sens étaient affectés. C’est exigeant pour le corps.»

Seconde vie

Ce n’est que trois années plus tard, après une détérioration de sa condition, qu’il a finalement accepté l’aide de son camarade. «À peine 24 heures après l’opération, j’ai senti un coup de pied au derrière, se souvient-il. J’avais de l’énergie qui montait dans mon dos.»

M. Chandonnet est touché par le don de son collègue, père d’une famille de 10 enfants.

«On ne s’attend pas à une telle générosité, ajoute-t-il. Je compare ça à une femme qui met au monde. Il m’a donné une nouvelle vie.»

Alors âgé de 42 ans, il a recommencé l’activité physique. Il a d’ailleurs lancé, en 2012, le Tour du rein, un parcours à vélo sur l’île Jésus afin d’amasser de l’argent pour la Fondation canadienne du rein.

Ce parcours de 80 km débutant au parc des Prairies implique le Service de police de Laval, qui accompagne les cyclistes.

Hôtel de ville

Pour souligner la Semaine nationale du don d’organes et de tissus, tenue jusqu’au samedi 27 avril, Ville de Laval illumine l’hôtel de ville en vert. Le drapeau à l’effigie du ruban vert a également été hissé, le 23 avril.

«Nous nous sommes engagés, comme plusieurs autres villes au Québec, en tant que relayeurs d’information pour la cause, a indiqué Myriam Legault, conseillère en communication pour la Ville.

En 2018, 51 Lavallois étaient en attente d’une transplantation, dont 40 pour un rein, alors que 19 ont reçu un organe. «Tout le monde peut donner, peu importe son origine, sa religion ou  son sexe, a complété Mme Legault. Nous invitons tous les résidents à devenir donneurs.»

Le Tour du rein aura lieu le samedi 15 juin. Information: www.letourderein.com.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste aux transports, à la santé et à la politique provinciale et fédérale, agohierdrolet@2m.media , 450-667-4360 poste : 3527

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page