Connectez-vous à nous
LVL UP
Contrairement à l’édition 2019, les spectacles auront exclusivement lieu sur la scène extérieure. (Photo gracieuseté – Victor Diaz Lamich)

Culture

Une deuxième édition pour LVL UP

Du 16 au 19 septembre, le festival LVL UP, lab numérique et musique prendra possession du quadrilatère Montmorency pour une deuxième édition adaptée au contexte sanitaire actuel.

L’événement, imaginé par [co]motion, agitateur de culture, en collaboration avec les créateurs et idéateurs evenko et HUB Studio, rassemble dans un tout «unique» le rap et les arts numériques.

Cette année, les têtes d’affiche du festival seront 5sang14, Souldia et Loud.

«Le profil des soirées respecte l’esprit des artistes en vedette, plus street avec 5sang14, rap classique avec Souldia et Loud rend l’ensemble plus populaire et accessible», partage Steve Marcoux, programmateur de LVL UP.

Chacune des soirées sera «habillée visuellement par des vidéo-jockey» afin de  rendre plus dynamiques encore les performances musicales.

Cette unicité entre les formes d’art, «c’est une façon de présenter les artistes musicaux différemment que si tu les voyais à Montréal ou Sainte-Thérèse», souligne le programmateur.

Très importantes aux yeux Steve Marcoux, les conférences Grandmaster Classes, conçues en collaboration avec les établissements d’enseignement de Laval et le milieu professionnel, seront de retour en mode virtuel.

«C’est ce qui nous distingue des autres événements, soutient-il. Oui, on fait le gros party, mais on prend aussi le temps d’avoir une réflexion autour du passé, présent et futur de l’art numérique et du rap.»

Les soirées du LVL UP seront clôturées par des DJ sets. Tallandskiiny, LOU FRE$H et LYKX seront respectivement au rendez-vous les 16, 17 et 18 août.

Lab numérique

Les festivalières et festivaliers auront aussi l’occasion de découvrir quatre œuvres numériques dispersées sur le site extérieur de Village Laval: Vast Body de Vincent Morisset, Floralia de Sabrina Ratté, Les Vélos Connectés de Julien Leblond, ainsi que Texturologie vibratoire de Max Boutin.

Pour divertir le public, le village urbain sera également composé d’une plage pour se détendre et d’espaces pour jouer aux «Washers» et au Mölkky.

La grande vedette de l’édition précédente, le terrain de basket, sera aussi de retour.

Parallèlement, à l’ANNEXE3, un espace de diffusion situé à la même adresse que la Salle André-Mathieu, il sera possible de découvrir le projet de réalité augmentée Asteria, mettant en vedette les artistes Vincent Vallière, Dominique Fils-Aimé, Daniel Bélanger, Alexandre Stéliski et Fouki.

Le projet eMUSICORPS, créé par les élèves du programme de Technologies d’intégration multimédia (TIM) du Collège Montmorency, sera également présenté les 18 et 19 septembre au Grand studio TIM.

Important à se rappeler: pour participer à ces deux expériences, les personnes intéressées doivent réserver leur place.

Ancré dans la communauté

Dans une volonté de «redonner à la communauté», les profits amassés par la vente de billets au coût de 10$ par soir seront remis à la Fondation du Centre jeunesse de Laval.

Cette dernière a pour mission de soutenir les jeunes de Laval qui reçoivent des services en vertu de la Loi de la protection de la jeunesse ou la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

La réalisation de cette deuxième édition est rendue possible grâce à de nombreux partenaires, dont la Ville de Laval et le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

Le Conseil des arts du Canada a également octroyé une somme de 29 000$ à sa réalisation.

Finalement, Sirium XM, Hydro-Québec et Solotech présentent respectivement le volet musical, le volet arts numériques et les DJ sets quotidiens.

En date du 19 août, plusieurs questions à propos du passeport vaccinal étaient encore sans réponse.

«Une chose est certaine, c’est que j’aime mieux fonctionner avec ces paramètres que ne pas faire de festival du tout», de conclure Steve Marcoux.

Commentaires

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page