Connectez-vous à nous

Une auto et quatre vies chambardées selon Anne-Marie Lobbe

Culture

Une auto et quatre vies chambardées selon Anne-Marie Lobbe

LITTÉRATURE.Chroniqueuse de livres et sujets jeunesse depuis près d’une décennie au Journal de Montréal, Anne-Marie Lobbe a toujours su qu’elle écrirait un livre depuis ses années d’études primaire et secondaire dans Sainte-Rose. Avec Une vie à 4 vitesses, elle peut maintenant dire mission accomplie.

Commentaires

Après avoir laissé dormir quelques chapitres écrits il y a neuf ans, la journaliste de carrière a repris son récit après la rencontre d’une éditrice d’Hurtubise où elle vient de publier son premier roman.

«Alors que je n’avais pas encore d’auto il y a quelques années, une amie était venue me cueillir à la maison, raconte la jeune auteure de 33 ans. Je me suis dit que ce serait le fun d’avoir une automobile qui se promène de personne en personne, avec l’envie d’aborder des thèmes touchant les jeunes de près.»

Lectorat ado et adulte

Pour bien camper son idée originale, Anne-Marie Lobbe a imaginé quatre personnages fort différents, deux garçons, deux filles. L’action débute par l’achat d’un véhicule noir de luxe par un père pour sa fille, une meneuse de claque ayant d’autres desseins que le simple plaisir de conduire en tête.

Un livreur de pizza héritera ensuite de la voiture rutilante avant de devoir s’en débarrasser pour se sortir d’ennuis financiers auprès d’une adolescente n’ayant pas encore son permis de conduire et vivant auprès de sa mère, heureuse de lui offrir ce présent inespéré.

«Tous mes personnages ont entre 15 et 17 ans, raconte l’auteure vivant désormais dans Auteuil. J’ai voulu parler de thèmes différents comme une jeune fille qui a perdu son père, l’influence des réseaux sociaux, la maladie, l’homosexualité et l’image corporelle des garçons avec mon livreur de pizza qui ne se trouve pas à la hauteur des canons de beauté masculins.»

L’automobile se retrouvera finalement chez un jeune don Juan volant à gauche et à droite pour secourir son petit frère malade.

«Le ton change au fil des pages et des personnages, d’ajouter une Anne-Marie Lobbe toute souriante. Les gens ont pratiquement droit à quatre livres en un. Je tenais aussi à ce que le roman se termine sur une fin ouverte. La voiture de luxe noire demeure le protagoniste principal.»

La tête remplie d’autres idées de livres, l’écrivaine et sa maison d’édition attendent maintenant de voir la réponse à cette première percée littéraire, les premières réactions ayant été excellentes jusqu’ici.

«Ça sera spécial de me retrouver comme auteure dans les salons du livre que j’ai l’habitude de couvrir en tant que journaliste», de mentionner celle qui collabore aussi avec le magazine Cool et la chaîne télévisuelle VRAK.

Après avoir laissé dormir quelques chapitres écrits il y a neuf ans, la journaliste de carrière a repris son récit après la rencontre d’une éditrice d’Hurtubise où elle vient de publier son premier roman.

«Alors que je n’avais pas encore d’auto il y a quelques années, une amie était venue me cueillir à la maison, raconte la jeune auteure de 33 ans. Je me suis dit que ce serait le fun d’avoir une automobile qui se promène de personne en personne, avec l’envie d’aborder des thèmes touchant les jeunes de près.»

Lectorat ado et adulte

Pour bien camper son idée originale, Anne-Marie Lobbe a imaginé quatre personnages fort différents, deux garçons, deux filles. L’action débute par l’achat d’un véhicule noir de luxe par un père pour sa fille, une meneuse de claque ayant d’autres desseins que le simple plaisir de conduire en tête.

Un livreur de pizza héritera ensuite de la voiture rutilante avant de devoir s’en débarrasser pour se sortir d’ennuis financiers auprès d’une adolescente n’ayant pas encore son permis de conduire et vivant auprès de sa mère, heureuse de lui offrir ce présent inespéré.

«Tous mes personnages ont entre 15 et 17 ans, raconte l’auteure vivant désormais dans Auteuil. J’ai voulu parler de thèmes différents comme une jeune fille qui a perdu son père, l’influence des réseaux sociaux, la maladie, l’homosexualité et l’image corporelle des garçons avec mon livreur de pizza qui ne se trouve pas à la hauteur des canons de beauté masculins.»

L’automobile se retrouvera finalement chez un jeune don Juan volant à gauche et à droite pour secourir son petit frère malade.

«Le ton change au fil des pages et des personnages, d’ajouter une Anne-Marie Lobbe toute souriante. Les gens ont pratiquement droit à quatre livres en un. Je tenais aussi à ce que le roman se termine sur une fin ouverte. La voiture de luxe noire demeure le protagoniste principal.»

La tête remplie d’autres idées de livres, l’écrivaine et sa maison d’édition attendent maintenant de voir la réponse à cette première percée littéraire, les premières réactions ayant été excellentes jusqu’ici.

«Ça sera spécial de me retrouver comme auteure dans les salons du livre que j’ai l’habitude de couvrir en tant que journaliste», de mentionner celle qui collabore aussi avec le magazine Cool et la chaîne télévisuelle VRAK.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page