Connectez-vous à nous
L’environnement corporatif et scientifique parfaitement intégré du CQIB loge au Centre de développement des biotechnologies de Laval (CDBL), propriété de l’INRS Centre Armand-Frappier Santé Biotechnologie. (Photo gracieuseté – Ville Laval)

Économie

Année record pour le CQIB

Incubateur d’entreprises spécialisées dans les sciences de la vie et les technologies médicales, le Centre québécois d’innovation en biotechnologie (CQIB) a atteint un nouveau sommet au cours de la dernière année pandémique.

Pas moins de 17 entreprises en démarrage ont partagé ses installations au 500, boulevard Cartier, un record en termes de résidence.

«Les derniers mois démontrent hors de tout doute qu’il faut savoir assumer un leadership dans le domaine des sciences de la vie. C’est ce que nous faisons», a déclaré le 15 juin le numéro 2 de l’administration Demers, Stéphane Boyer, lors de l’annonce du renouvellement de la subvention de 360 000 $ sur deux ans.

Vice-président du comité exécutif et responsable du développement économique, M. Boyer a rappelé le rôle clé que joue cette pépinière depuis sa création il y a 25 ans. «Le CQIB est devenu une référence dans l’accompagnement des entreprises en démarrage en sciences de la vie, ici et à l’international.»

L’aide financière de la Municipalité permettra à l’incubateur de poursuivre sa croissance, d’autant que «la demande pour de nouveaux espaces est en forte croissance», a-t-il précisé.

Le parc d’équipement à la fine pointe de la recherche du CQIB, tout comme ses laboratoires et bureaux, niche au cœur de l’édifice du Centre de développement des biotechnologies de Laval (CDBL), propriété de l’INRS Centre Armand-Frappier Santé Biotechnologie.

Retombées

«En près de 3 ans, les entreprises graduées de notre incubateur ont créé plus de 70 000 pieds carrés de nouveaux laboratoires à Laval. C’est le résultat tangible de la contribution de la Ville de Laval au CQIB», a pour sa part indiqué le directeur général, Perry Niro.

En 25 ans, le CQIB a accompagné plus de 100 entreprises, les aidant à obtenir plus d’un demi-milliard de dollars en financement. Ces entreprises ont permis la création d’un millier d’emplois scientifiques en plus d’atteindre le cap des 100 millions de revenus.

Commentaires

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, sstamour@2m.media, 450-667-4360 poste : 3523

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page