Connectez-vous à nous

Un vibrant hommage à Luigi Giordano

lidl opening times today

Sports

Un vibrant hommage à Luigi Giordano

ATHLÉTISME. Impliqué comme officiel depuis plusieurs années aux compétitions de marche olympique, Luigi Giordano a reçu le trophée Athlètas Hommage au 25e Gala de la Fédération québécoise d’athlétisme (FQA), tenu récemment à l’hôtel Sandman de Longueuil.

Commentaires

«Ce fut un bel honneur, lance l’homme de Sainte-Dorothée. Je ne m’attendais pas à recevoir un tel hommage. Je suis tellement fier d’avoir représenté le Québec et le Canada un peu partout dans le monde.»

La marche olympique est une discipline sportive relevant de l’athlétisme dans laquelle les athlètes doivent marcher sans jamais courir. «Un pied au moins doit se retrouver en permanence en contact avec le sol, précise-t-il. Ce n’est pas un travail facile. Ça demande un bon jugement.»

M. Giordano souhaite que son titre puisse inspirer des jeunes à suivre ses traces comme officiel ou athlète. «La marche n’est pas un sport très populaire, déplore l’ancien marathonien. J’aimerais bien que les écoles poussent l’athlétisme.»

Encore actif

Âgé de 75 ans, M. Giordano est toujours actif. Le Lavallois était d’ailleurs à l’œuvre aux Championnats provinciaux scolaires tenus cet été. Il sera en action lors des compétitions provinciales intérieures qui se dérouleront au cours des prochaines semaines. «J’espère que la santé me permettra d’être officiel encore pendant plusieurs années», ajoute celui qui souhaite être des Championnats canadiens, en juillet, au Complexe sportif Claude-Robillard.

Jeux olympiques de Montréal

M. Giordano a pris part aux Jeux olympiques de Rome en 1960 comme officiel alors qu’il demeurait en Italie. Après son arrivée au Canada dans les années 70, il a poursuivi son implication dans des compétitions provinciales, nationales et internationales. D’ailleurs, il a figuré parmi les officiels québécois aux Jeux olympiques de Montréal, en 1976.

«C’est sans aucun doute un de mes plus beaux souvenirs, raconte-t-il. Je me sens choyé d’avoir côtoyé de grands athlètes. Les Mexicains m’ont beaucoup impressionné dans ces années-là.»

Leblanc

Outre les marcheurs mexicains, M. Giordano voue une admiration sans bornes au Québécois Guillaume Leblanc qui a notamment remporté la médaille d’argent aux Jeux olympiques de Barcelone, en 1992, à l’épreuve du 20 kilomètres. «Guillaume a marqué l’histoire de la marche au Canada. J’espère qu’il y aura d’autres athlètes comme lui.»

Feuille de route impressionnante

Depuis 1972, il a œuvré à titre de représentant du Canada au rôle de juge en chef de marche et commissaire de piste dans de nombreuses rencontres sportives. On pense, entre autres, à la compétition Canada-URSS en 1973, les Jeux d’été du Canada, la Coupe des Amériques d’athlétisme, la Coupe panaméricaine de marche, dont il est l’un des cofondateurs, et d’innombrables championnats canadiens juniors et seniors.

De 1986 à 2006, il a été officiel dans de nombreuses compétitions internationales. Reconnu comme officiel de Niveau 5 par la Fédération internationale d’athlétisme (FIA), il a occupé ces fonctions aux Jeux de l’Amérique Centrale, Jeux panaméricains, Jeux des Caraïbes, Championnats NACAC, Jeux de la Francophonie,  Championnats du monde Jeunesse à Sherbrooke et Championnats du monde à Paris en 2003, pour ne nommer que ceux-ci.

«Ce fut un bel honneur, lance l’homme de Sainte-Dorothée. Je ne m’attendais pas à recevoir un tel hommage. Je suis tellement fier d’avoir représenté le Québec et le Canada un peu partout dans le monde.»

La marche olympique est une discipline sportive relevant de l’athlétisme dans laquelle les athlètes doivent marcher sans jamais courir. «Un pied au moins doit se retrouver en permanence en contact avec le sol, précise-t-il. Ce n’est pas un travail facile. Ça demande un bon jugement.»

M. Giordano souhaite que son titre puisse inspirer des jeunes à suivre ses traces comme officiel ou athlète. «La marche n’est pas un sport très populaire, déplore l’ancien marathonien. J’aimerais bien que les écoles poussent l’athlétisme.»

Encore actif

Âgé de 75 ans, M. Giordano est toujours actif. Le Lavallois était d’ailleurs à l’œuvre aux Championnats provinciaux scolaires tenus cet été. Il sera en action lors des compétitions provinciales intérieures qui se dérouleront au cours des prochaines semaines. «J’espère que la santé me permettra d’être officiel encore pendant plusieurs années», ajoute celui qui souhaite être des Championnats canadiens, en juillet, au Complexe sportif Claude-Robillard.

Jeux olympiques de Montréal

M. Giordano a pris part aux Jeux olympiques de Rome en 1960 comme officiel alors qu’il demeurait en Italie. Après son arrivée au Canada dans les années 70, il a poursuivi son implication dans des compétitions provinciales, nationales et internationales. D’ailleurs, il a figuré parmi les officiels québécois aux Jeux olympiques de Montréal, en 1976.

«C’est sans aucun doute un de mes plus beaux souvenirs, raconte-t-il. Je me sens choyé d’avoir côtoyé de grands athlètes. Les Mexicains m’ont beaucoup impressionné dans ces années-là.»

Leblanc

Outre les marcheurs mexicains, M. Giordano voue une admiration sans bornes au Québécois Guillaume Leblanc qui a notamment remporté la médaille d’argent aux Jeux olympiques de Barcelone, en 1992, à l’épreuve du 20 kilomètres. «Guillaume a marqué l’histoire de la marche au Canada. J’espère qu’il y aura d’autres athlètes comme lui.»

Feuille de route impressionnante

Depuis 1972, il a œuvré à titre de représentant du Canada au rôle de juge en chef de marche et commissaire de piste dans de nombreuses rencontres sportives. On pense, entre autres, à la compétition Canada-URSS en 1973, les Jeux d’été du Canada, la Coupe des Amériques d’athlétisme, la Coupe panaméricaine de marche, dont il est l’un des cofondateurs, et d’innombrables championnats canadiens juniors et seniors.

De 1986 à 2006, il a été officiel dans de nombreuses compétitions internationales. Reconnu comme officiel de Niveau 5 par la Fédération internationale d’athlétisme (FIA), il a occupé ces fonctions aux Jeux de l’Amérique Centrale, Jeux panaméricains, Jeux des Caraïbes, Championnats NACAC, Jeux de la Francophonie,  Championnats du monde Jeunesse à Sherbrooke et Championnats du monde à Paris en 2003, pour ne nommer que ceux-ci.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Sports

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page