Connectez-vous à nous

Un roman fantastique sur la quête d’identité d’une jeune femme

Culture

Un roman fantastique sur la quête d’identité d’une jeune femme

Annie Larochelle a lancé son premier roman, Amélia, l’emprise des anges, le 16 mai, en présence d’une soixantaine de personnes rassemblées à la bibliothèque Gabrielle-Roy.

Commentaires

Amateure d’oeuvres fantastiques, la Lavalloise a voulu savoir comment se passait la vie quotidienne chez les anges, bien installés dans leur Éden.

«En regardant, entre autres, la série américaine Surnaturel, j’ai réalisé qu’on pouvait écrire sur les anges et les démons, raconte celle qui a quelque peu réinventé la genèse pour l’occasion. Moi qui voulais savoir ce que faisaient les anges de leur journée au paradis, je ne trouvais pas ça nulle part, alors j’ai décidé de l’écrire!»

Le livre a été publié aux Éditions Véritas Québec.

Quatre personnages

L’héroïne, Amélia, est une humaine dont l’âme pure lui assure des pouvoirs uniques qu’elle utilisera pour combattre les forces du mal entre l’Éden et l’Enfer.

«C’est un peu un reflet de moi-même dans sa recherche de la liberté et l’importance qu’elle accorde à se faire respecter, de souligner Annie Larochelle. Elle éprouve de la difficulté à évoluer dans un univers où on a élevé l’obéissance au rang de vertu.»

En compagnie de Nathan, un demi-démon taciturne aux pouvoirs psychiques puissants, Ophélie, sa meilleure amie aux prises avec des problèmes conjugaux, et le gentil Lukas, qui aime autant le gym que la fête, Amélia pratique des exorcismes dont l’un tournera mal et la précipitera hors du monde terrestre, en plein Éden, où la protection des anges deviendra un enjeu.

«Rien ne destinait ces personnes à devenir des amis tant ils proviennent de milieux différents», d’observer l’auteure, dont l’affection pour les arts martiaux, particulièrement l’aïkido, a fourni de nombreuses scènes d’action dans ce roman prévu pour les 15 ans et plus.

Et l’avenir?

L’écrivaine s’attaque déjà à une suite de son premier livre, mettant en scène les mêmes personnages et dont elle aimerait voir la parution à l’automne 2016.

«Amélia nous amène dans un monde où le bien et le mal se côtoient et sont parfois difficiles à distinguer, précise-t-elle. Il faut savoir également que cette jeune femme de 19 ans a perdu mère et père à un jeune âge.»

Annie Larochelle a aussi commencé à travailler sur un projet d’écriture d’une toute autre nature, soit une collection de nouvelles érotiques, bien qu’elle compte rester fidèle à son amour du fantastique.

Parcours lavallois

Née à Montréal, Annie Larochelle a grandi dans Laval-des-Rapides. L’auteure réside maintenant dans Fabreville, où elle élève ses deux enfants, un garçon de six ans et une fille de huit ans.

«Je passais mes étés sur le bord du fleuve, dans notre chalet de Sainte-Anne-de-la-Pérade, ajoute-t-elle. Cela m’a d’ailleurs inspiré des décors pour bien camper mon histoire.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page