Connectez-vous à nous

Un restaurateur de Sainte-Rose primé

Communauté

Un restaurateur de Sainte-Rose primé

2012 aura été toute une année pour Robert Décary, propriétaire du restaurant Les Menus-Plaisirs à Sainte-Rose.

En plus de célébrer les 30 ans de son établissement, le Lavallois s’est vu décerner en novembre, le prix Chapeau restaurateurs! catégorie Chefs de file par la Fondation de l’Association des restaurateurs du Québec.

«Quand j’ai appris que j’avais gagné, j’ai ressenti une grande fierté. La fierté d’avoir une équipe de travail qui m’appuie et des employés fidèles et loyaux», relate M. Décary, visiblement reconnaissant que sa candidature ait été proposée par ses employés.

Un rêve de petit garçon

Petit, ce «petit gars du coin», comme il se définit rêvait déjà grand.

«Je suis d’une famille d’affaires. À 5 ans, ca parlait business à la maison et faire des affaires, j’ai connu ca avec mon père», se souvient l’homme de 60 ans qui convoitait déjà la bâtisse située au coin du boulevard Sainte-Rose et de la rue Filion. Mais à 19 ans, c’est plutôt dans l’enseignement qu’il trouve sa voie. «J’ai toujours voulu avoir mon commerce. En 1982, j’ai pris un congé sans solde pour lancer Les Menus-Plaisirs

Rapidement, ce petit resto-bar de 44 places a trouvé son public, selon l’entrepreneur. «Dès la journée de l’ouverture, cela a été un succès, car on répondait a un besoin. En 1982, on ne connaissait pas encore les restos-bars. À Montréal oui, mais pas à Laval.»

30 ans plus tard

Aujourd’hui, avec 150 places, 50 employés et l’ouverture d’une auberge, Robert Décary associe son succès à son leadership.

«J’ai la communication facile avec les gens. Je suis un leader, je connais mes capacités et surtout, je suis capable de chercher le meilleur dans chaque individu.»

Apres toutes ses années, l’homme d’affaires envisage de jeter le tablier d’ici quatre à cinq ans. «J’aimerais revendre le restaurant, mais je suis conscient que c’est difficile, car il faudrait quelqu’un avec de l’expérience et les banques ne financent pas ce type d’achat. Je vais probablement le fermer et vendre uniquement la bâtisse», conclut-il.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page